Lettre - Juriste coi

Pourquoi le juriste reste-t-il à la fois coi et étonné du débat lancé par la « charte des valeurs » ?

 

La fonction du juriste est d’introduire l’argumentation rationnelle dans le droit et entre la règle de droit et la réalité sociale.

 

Or la charte proposée entend régir non pas seulement l’irrationnel, mais ses manifestations ostentatoires. L’inquiétude du juriste vient de ce que, outre la religion, toutes les manifestations de l’irrationnel ne sont pas interdites. Pourquoi cette discrimination et ne pas interdire aussi les signes cabalistiques, la magie, le tarot, et les signes du zodiaque… etc. Bien sûr, dans ce dernier cas, la population inuite du Québec, discriminée par l’absence de certaines constellations pendant la nuit australe, s’en trouverait confortée.

 

Pourtant, le célèbre juge Pigeon de la Cour suprême du Canada a posé que c’est violer la liberté de religion que de la définir juridiquement. La religion appartient à la conviction personnelle, aux « valeurs » et ne peut être l’objet d’une définition législative nécessairement excluante et discriminante. Il avait à décider si le commerce des produits naturels pouvait être exempté d’impôts puisque les tenants de ce commerce excipaient de leurs croyances religieuses dans la sacralité de la nature. Ce juriste, même de tendance fascisante, nous disait pourtant que la loi ne peut régir l’irrationnel et les croyances.

 

Ce que vise la charte, c’est donc l’affichage de croyances irrationnelles. Or celles-ci, pas plus que la religion, ne peuvent être définies juridiquement. D’où le silence du juriste aux portes de l’irrationnel.

 

Plus fondamentale est la prétention à la laïcité. Ce concept fait appel à l’exclusion du pouvoir d’un clergé dans l’appareil d’État. Comme citoyen, heureux de sa déshérence après la «Révolution tranquille», je combattrai leur retour au pouvoir, qu’une ruse de la raison nous fait subodorer dans la proposition de loi actuelle. Mais, là encore, le juriste est perplexe sur le caractère démocratique de l’exclusion juridique des clercs de la sphère politique.

 

Voilà jusqu’où nous conduit le recours législatif à l’irrationnel.

4 commentaires
  • Pierre LeBel - Inscrit 14 janvier 2014 05 h 17

    Irrationnel ?

    Pour ce qui est de votre emploi du mot "irrationnel", je vous propose à sa place le mot "suprarationnel, adj m - qui se situe au-delà de la rationalité, qui échappe à la raison". Un mot beaucoup plus approprié quand on parle de spiritualité humaine et de foi.

    Pour ma part, je crois à la laïcité. Sa source se trouve dans la théologie chrétienne. Mais cette laïcité se doit d'être ouverte puisque démocratique et ne doit en aucune mesure exclure clercs ou laïques de droit de parole.

  • Sylvain Auclair - Abonné 14 janvier 2014 09 h 14

    Nuit australe?

    Depuis quand des Inuit vivent-ils en Antarctique?

  • Nicole Vermette - Abonnée 14 janvier 2014 19 h 26

    "les signes cabalistiques, la magie, le tarot, et les signes du zodiaque" font-ils partie du travail de nos fonctionnaires?
    M. Lebel parle de "la population inuite du Québec ... dans la nuit australe". Peut-être veut-il dire que le Québec en entier est dans l'hémisphère sud.
    Ah, les juristes et la géographie!

  • Guy Berniquez - Inscrit 15 janvier 2014 08 h 00

    La soupe aux pois du rationnel et l’irrationnel

    C’est une belle salade que nous sert là maître Georges leBel. Le port du voile n'est aucunement prescrit dans le Coran. Donc, il ne fait pas partie du religieux. On pourrait le considérer comme un trait culturel. Pourquoi? Parce que plusieurs immigrantes ne portaient pas le voile avant d'arriver ici. Ce pourrait-il, que ce sous la pression de la communauté musulmane d'ici, afin d'être accepté dans la communauté, se sentent obliger d'adopter le voile.

    Du même coup, en portant ce voile elles s'identifient à la religion musulmane et font du prosélytisme conscient ou inconsciemment. C'est pour cela qu'il doit y avoir une ligne de démarcation dans les endroits publics ou le port du voile ou tous autres signes ostentatoires sont interdits lorsqu'une personne détient un poste public qui pourrait inciter les gens à adopter cette religion. Il n’y a rien de rationnel ou irrationnel. Il y a juste du gros bon sens Maître leBel.