Lettre - Les grandes manoeuvres de Maria Mourani

L’été passé, Maria Mourani se démenait comme un diable dans l’eau bénite afin de stopper le projet de redécoupage électoral de sa circonscription envisagé par le gouvernement fédéral. Elle a même voulu attaquer en cour ce projet. C’est que l’enjeu était très grand pour elle : il s’agissait ni plus ni moins de son poste de députée. Ce redécoupage privait en effet madame Mourani d’une bonne partie de son électorat naturel. Et comme elle a remporté ses deux ou trois dernières élections d’infime justesse, elle était battue. Mais voilà que le Parti québécois lui offre une occasion inespérée de sauver son poste : la charte des valeurs et son caractère « inclusif ». La bouillante députée d’Ahuntsic n’allait pas rater l’occasion. Elle crucifie publiquement et en termes très violents le projet de charte, se fait exclure du Bloc québécois, prend un temps de « réflexion » et revient en déclarant que la Charte canadienne des droits la protège mieux que la charte québécoise et que, du même coup, elle n’est plus indépendantiste, jetant ainsi allègrement le bébé avec l’eau du bain. On attend le prochain épisode. Gageons que ce sera son adhésion à un parti politique fédéraliste, libéral ou néodémocrate. À moins qu’elle fasse le saut au provincial. Elle se joindra au parti avec lequel elle aura le plus de chances de conserver un siège de député. La manoeuvre est grosse, pour ne pas dire grossière…

 

J’imagine que les militants et sympathisants indépendantistes d’Ahuntsic qui l’appuyaient sincèrement doivent se sentir roulés dans la farine. J’espère aussi que les électeurs d’Ahuntsic sont conscients des vraies motivations de Maria Mourani et j’ose espérer qu’aux prochaines élections ils lui rappelleront que, même en politique, l’opportunisme a des limites.


Daniel Gomez - Le 18 décembre 2013

15 commentaires
  • Charles F. Labrecque - Inscrit 20 décembre 2013 08 h 19

    Esprit tordu

    Je me demande comment peut on avoir un esprit aussi tordu pour en venir à déclarer une tel chose. Il faut comprendre que tout politiciens quel qu’il soit défendra bec et ongle son siège et sa pension à venir. Il est important de savoir distinguer entre intérêt pécunier et intérêt intellectuel.

  • Rafik Boualam - Inscrit 20 décembre 2013 08 h 25

    Et alors monsieur Gomez

    Pensez-vous que les autres politiciens sont des enfants de choeur. C'est faire preuve de grande naiveté que de croire que les politiciens ne carburent pas au pouvoir et n'utilsent pas le fameux principe de la fin justifie les moyens, regardez comment le PQ est en train de décomposer le tissu social pour la seule fin d'engranger plus de voix. En fait, depuis la nuit des temps, rien n'a été conceptualisé en matière de politique de plus vrai que le prince de Machiavel. Votre raisonnement a l'air de sortit d'une boite à surpise.

    • Marie-Maude Lalande - Inscrite 20 décembre 2013 10 h 11

      Wô les moteurs. Il y a des maudites limites à mettre les politiciens dans le même bateau. Grand nombre préféreront quitter la politique que de devenir fédéraliste pour sa cause perso. Et ça, faudra se lever de bonne heure pour me conavincre de l'inverse.

      On ne fait pas fortune dans sa vie à être souveraininste. Alors quand tu as donné 30 ou 40 ans de tes années à cause, ça demande un peu de respect ce que vous semblez peu enclin à faire.

    • Cyril Dionne - Abonné 20 décembre 2013 16 h 20

      @ Rafik Boualam

      Encore une fois, faute d'argument je suppose, on crie à la xénophobie et au racisme même si c'est fait de façon voilée de la même manière que Mme Mourani a basé son pseudo-argumentaire pour dénigrer tous ceux qui sont pour la Charte laïque. Personnellement, ça suffit.

      Ce que le gouvernement québécois est en train de faire est de composer un tissu social qui n'existait pas et qui n'a jamais existé auparavant dans ce multiculturalisme canadien. Bien campé dans leur communautarisme, les différentes ethnies ont créé leur petite société et la plupart ne se sont jamais intégrés à la société d'accueil. Et bien, ces divisions étaient peut être moins apparentes avant l'avènement de la Charte, mais elles existaient belle et bien a priori. Le multiculturalisme est un échec complet au niveau de la cohésion sociale et du vivre-ensemble sur toute la planète.

      Comment faire pour expliquer à tous et chacun qu'un nationalisme culturel et linguistique permet à quiconque qui veut s'adapter et s'intégrer, de faire partie de la collectivité et de la grande famille québécoise peu importe son origine ethnique. Ceci sous-entend aussi qu'on adhère de bonne foi aux lois, à la langue, à la culture et aux valeurs communes de la société d'accueil dans un cadre de neutralité religieuse symbolisée et encadrée par la Charte.

      « Le modèle d’une Allemagne multiculturelle, où cohabiteraient harmonieusement diverses cultures, a échoué, totalement échoué. »
      (Angela Merkel)

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 20 décembre 2013 08 h 49

    Ça dépend ...

    Si madame Mourani avait parcouru le trajet inverse, passant de fédéraliste à indépendantiste, elle serait sans doute une héroïne?

    Desrosiers
    Val David

    • Marie-Maude Lalande - Inscrite 20 décembre 2013 10 h 13

      Tout dépend des raisons données pour expliquer le 180 degrés.

      Mourani était une coriace adversaire de la Charte canadienne, et pour défendre le sort de la minorité linguistique que nous sommes, elle la pointait sans cesse comme la cause du danger. Soudainement, cette Charte tient lieu d'exactement le contraire.

      C'est risible. Et ça, peu importe la direction du transfuge. On ne parle plus de transfuge de parti, mais de transfuge de valeurs!

  • Gaston Carmichael - Inscrit 20 décembre 2013 09 h 16

    Me, myself and I, d'abord!

    Selon Louis Plamondon (député du PQ), à RDI hier:

    Avec la nouvelle définition d'Ahuntsic, lors de la dernière élection fédérale, le candidat du PLC aurait été élu avec une majorité 5,000 voix.

    Pour se faire ré-élire dans Ahuntsic, il faut donc renier son passé indépendantiste, puis s'agenouiller devant la constitution de PET. C'est fait.

    • Marie-Maude Lalande - Inscrite 20 décembre 2013 10 h 15

      C'est platte à dire, mais c'est la seule explication qui tienne.

  • Diane Veilleux - Inscrite 20 décembre 2013 12 h 31

    Lorsqu'on peut abandonner un choix comme celui de d'être souverainniste aussi cavalièrement, il est raisonnable de penser que ce choix n'était peut-être pas aussi réfléchi que l'on avait voulu le faire croire. À la lumière de sa réaction d'aujourd'hui, je me demande si les motifs de son adhésion à la cause souverainiste n'était pas un calcul politique pour faire promouvoir ses propres valeurs et son propre agenda.

    • Patrick Lépine - Inscrit 20 décembre 2013 12 h 57

      Quand on est sur la ligne de front, mais qu'on se rend compte que les stratèges à l'arrière veulent nous sacrifier pour faire un pseudo gain tout à fait insignifiant, on est en droit de brandir un drapeau blanc.

      Les responsabilités se trouvent bien au Québec, elles se trouvent dans les fauteuils du conseil exécutif, qui sait si bien être à l'écoute de ses concitoyens, ou de ses propres amis indépendantistes.

      Continuez de lire, regarder, écouter et visionner "Radio-Canada", ils vous informent si bien!

    • Hélène Paulette - Abonnée 20 décembre 2013 15 h 51

      @Lépine: votre commentaire est plutôt obscur... Mourani est députée fédérale, en quoi les stratèges de Québec l'ont-ils sacrifiée? Mourani a planifié sa sortie anti-charte de façon à forcer le Bloc à l'exclure rappelez-vous!