Lettre - Postes Canada : abandonnons le navire

Voici une belle question pour nos juristes : si on ne me livre plus mon courrier à domicile, peut-on m’obliger d’acquérir une case postale de coin de rue ou de pharmacie et de la vérifier régulièrement ? Pourrais-je au contraire annoncer — par lettre, bien sûr ! — à mes correspondants, dont des instances de l’État, ma décision de ne plus avoir d’adresse postale, en tout cas pour les lettres ? Plus largement : en cette époque électronique, peut-on encore m’obliger de demeurer « rejoignable » par la poste ?


André Rocque - Laval, le 11 décembre 2013

À voir en vidéo