Lettre - Le silence de PET au sujet de l’apartheid

L’éditorialiste a bien raison de rappeler la timidité, voire le silence, de Pierre Elliott Trudeau au sujet de l’apartheid en Afrique du Sud, lui qui se targuait d’être un grand internationaliste. Grâce à Frédéric Bastien et à son livre La bataille de Londres, nous avons maintenant la clé. Le gouvernement Trudeau avait tellement besoin de la Dame de fer pour effectuer son « coup d’État constitutionnel » de 1982 contre le Québec qu’il n’allait surtout pas la bousculer pour une affaire si peu importante que l’apartheid. Pour lui, rappelons-le, le « crime contre l’histoire de l’humanité », pour reprendre ses paroles prononcées devant le Congrès des États-Unis, était l’éventualité de l’indépendance du Québec réalisée selon les plus hautes règles de l’art démocratiques.

Robin Philpot - Le 7 décembre 2013

À voir en vidéo