Lettre - Pont Champlain : qui décide? Qui paye?

Au fil du temps, le pont Champlain sera payé par ses usagers, les habitants du Grand Montréal en grande partie. Mais qui prend les décisions ? Ottawa. Pourquoi le milieu a-t-il tant de difficultés à se faire entendre dans ce dossier ?

 

On a retenu le modèle en PPP. Ce modèle est-il si avantageux pour le contribuable ? On prétend que le risque est assumé par le promoteur. Qu’en est-il vraiment quand on sait que les promoteurs obtiennent très souvent des gouvernements une garantie minimum de revenus d’exploitation de l’ouvrage ainsi construit ? Nous, les contribuables, devrons compenser un manque à gagner éventuel dans le cas où les projections actuarielles de profitabilité ne s’avéreraient pas. Mais si l’ouvrage est profitable, qui empochera les profits ? Ce sera le consortium, bien souvent situé à l’extérieur du pays.

 

Pendant qu’on y est, où ira l’expertise fraîchement développée ? Au consortium, encore une fois. S’il est au Québec, tant mieux, sinon, voilà encore une retombée qui nous échappe. Qu’en est-il des coûts de financement ? Les gouvernements bénéficient des coûts d’emprunt les plus bas. Pourquoi alors confier ces immenses réalisations à des entités qui devront emprunter à un coût plus grand et qui nous refileront ces coûts sous forme de péages plus élevés ?

 

Plusieurs questions auxquelles l’urgence d’agir ne devrait pas empêcher de réfléchir…


Louis Langelier - Montréal, le 5 décembre 2013

À voir en vidéo