Lettre - Conduite antisportive et code de tics

« Honorable » Lise Thibault, ex-lieutenante-gouverneure du Québec, forte de ses frasques fiscales lorsqu’elle était en poste, et toujours face à la justice, sortez de ce corps !

 

C’est exactement à elle que je n’ai pu m’empêcher de songer à la lecture des excès salariaux et autres remboursements indus de M. Charles Lapointe, ancien p.-d.g. de Tourisme Montréal ! Antoine Robitaille du Devoir en étaye à merveille les faits et gestes dans son éditorial du jeudi 28 novembre et mentionne par la bande le nom de Mme Thibault.

 

Le conseil d’administration de l’organisme public a donc revu certaines règles internes de gouvernance, adopté un code d’éthique et l’ancien patron collabore avec Revenu Québec. Collabore de facto ? Trop peu trop tard ? S’en laver a posteriori les mains après les modifications orchestrées ? En commission parlementaire, et c’est un euphémisme, M. Lapointe sera attendu avec une brique et un fanal. Le gouvernement en place et, à plus forte raison, les contribuables, cette « Caisse de dépôt » inébranlable, n’en attendaient pas moins ; non au juste, ils en attendent plus !

 

Dans cette (autre) affaire prouvant sans nul doute la force de l’autorité, et donc de l’avarice, il ne suffit pas, comme solution proposée, de changer illico tout le conseil d’administration en place, mis en faute par son laxisme. Le gouvernement et les élus doivent agir fermement et dissuasivement : soit instaurer un comité de contrôle coercitif indépendant et permanent, soit accroître les responsabilités d’organisations certifiées, par exemple l’AMF ou l’IGOPP !

 

En dépit des faits d’actualité omniprésents, de primes et salaires exorbitants dans le domaine public, n’y a-t-il pas à dire que plus ça change, plus c’est pareil, et que là où il y a de l’homme il y a de l’hommerie ? Les hauts titulaires de charges publiques, et leur conseil d’administration souffrent ostensiblement d’un « code de tics » en matière de pouvoir avaricieux !

 

Pourra-t-on, un jour, affirmer haut et fort que la culture d’impunité a assez duré ? Le port de lunettes roses ne vaut rien ; des accusations criminelles doivent être portées.

À voir en vidéo