Lettre - Trois-Rivières: non à un amphithéâtre RedBull ou Molson

Ne nous laissons pas voiler. Un mariage d’affaires doit se faire comme un mariage d’amour, dans le respect de l’un et de l’autre, et non pas en avalant ou dominant l’autre.

 

Les femmes conservent leur propre nom maintenant après le mariage. Ne vendons pas, Trifluviens, notre identité à des promoteurs financiers. L’Amphithéâtre de Trois-Rivières doit conserver son nom.

 

Les Trifluviens ont payé assez cher pour cet éléphant et continueront de le faire, même s’ils n’auront pas les moyens de se payer les gros spectacles dispendieux et même si cet amphithéâtre mettra en vedette des artistes de l’extérieur au lieu des nôtres.

 

Ne poussons pas l’insolence jusqu’à vendre notre nom.

À voir en vidéo