Lettre - Un mandat à des gens d’expérience

Madame Catherine Caron

Rédactrice en chef adjointe

Revue Relations

 

Madame,

Me Jean-Paul L’Allier et moi avons pris connaissance ce matin [mardi], dans les pages du Devoir, de votre texte publié dans la dernière édition de la revue Relations portant sur la politique municipale.

 

Dans un passage portant sur le néolibéralisme, vous affirmez ce qui suit : « L’emprise idéologique du néolibéralisme saute aux yeux lorsque des maires (Applebaum, Labeaume) parlent de leur ville comme d’une entreprise en concurrence avec d’autres et ayant les citoyens comme clientèle. Elle transparaît lorsque l’Union des municipalités du Québec confie la rédaction d’un projet aussi important que la Charte des municipalités à un cabinet privé, et non à des avocats de la fonction publique municipale. »

 

Si Me L’Allier et moi déplorons tout comme vous la pénétration du néolibéralisme dans la gestion quotidienne des municipalités, nous croyons toutefois que l’illustration que vous en faites en vous appuyant sur le fait que la rédaction du projet de Charte des municipalités a été confiée par l’UMQ à un cabinet privé est boiteuse.

 

Si la rédaction du projet de Charte des municipalités a été confiée au cabinet Langlois Kronström Desjardins, c’est en raison du fait que Me L’Allier et moi en faisons partie et que nous avons assumé sa conception et l’essentiel de sa rédaction.

 

Me L’Allier n’a plus besoin de présentation. En ce qui me concerne, je vous informe que j’ai été au service des affaires juridiques de la Ville de Québec pendant 33 ans, dont 25 à titre de directeur du service.

 

C’est essentiellement notre expertise conjuguée que l’UMQ recherchait lorsqu’elle nous a confié ce mandat alors que nous étions « retraités » de l’administration municipale active et que nous nous étions joints au cabinet Langlois Kronström Desjardins. Cette expertise combine celle d’un avocat ayant réalisé toute sa carrière dans la « fonction publique municipale » et celle d’un avocat qui cumule en plus l’expérience et l’expertise de la politique municipale.

 

À notre avis, le mandat qui nous a été confié par l’UMQ n’est pas une illustration du néolibéralisme que vous dénoncez, mais bien une démonstration que le mandat a été confié à des personnes issues de l’administration municipale qui possédaient l’expérience et les qualifications professionnelles requises et qui, en raison de leur retraite récente de l’actualité politique municipale, possédaient également le recul et la vision nécessaires pour concevoir et rédiger le projet de Charte des municipalités.

 

Espérant ces commentaires à votre entière satisfaction, veuillez agréer, Madame Caron, l’expression de nos sentiments les meilleurs.


Denis Boutin - Qui a fait toute sa carrière d’avocat au service du contentieux de la ville de Québec, dont les 25 dernières années, environ, comme directeur du Service du contentieux, jusqu’à sa retraite et Me Jean-Paul L’Allier - Ancien maire de Québec, Le 5 novembre 2013

À voir en vidéo