Lettre - Denis Coderre, «le respect des adversaires» et le souvenir de 1993

À la une du journal Le Devoir du 17 octobre dernier, on rapportait que Denis Coderre, égal à lui-même, a déclaré en entrevue au même journal : « J’ai bien des défauts, mais j’ai toujours respecté mes adversaires. »

 

Il semble qu’il ait la mémoire sélective de bien des Québécois et qu’il ait oublié ses déclarations malheureuses apparues lors de la campagne fédérale de 1993, dans la circonscription de Bourassa, alors que son adversaire bloquiste, Osvaldo Nunez, était d’origine chilienne.

 

L’un de ses slogans, « Votez pour un candidat d’ici », rebuterait certainement plusieurs des électeurs qu’il compte séduire en dénonçant la Charte des valeurs québécoises ! Sans compter qu’en 1995, ce même Denis Coderre, en parlant de l’adhésion de M. Nunez au projet souverainiste, déclarait devant 200 libéraux : « Des fois, j’ai envie de remettre la loi de la déportation et de renvoyer dans leur pays des gens qui crachent sur mon drapeau. » Voilà qui ne peut être plus clair !

 

M. Coderre, membre du gouvernement fédéral lors de l’éclatement du scandale des commandites, pourrait donc se garder une petite gêne quand il est question de faire la leçon sur le respect des adversaires et l’ouverture. Deux qualités desquelles on peut, à la lumière de ce que l’on sait, douter qu’elles soient celles de Denis Coderre.


Julien Rousseau - Repentigny, le 17 octobre 2013

À voir en vidéo