Lettre - Québec et islam, un amour impossible?

On dénonce haut et fort l’intolérance et l’intransigeance du Parti québécois par rapport aux musulmanes. Qui est le plus intransigeant : l’État qui demande à ses employées de retirer leur voile pendant l’exercice de leurs fonctions ou l’islam qui demande à ses fidèles de garder leurs voiles coûte que coûte ?

 

À l’Église, on enlève le chapeau et à la Mosquée, on enlève les souliers. Ne serait-il pas juste qu’à l’État, on s’abstienne d’afficher bruyamment nos croyances et nos convictions politiques ? Chaque maison a ses caprices dont le sens peut paraître clair pour certains et nébuleux pour d’autres.

 

On dit que les Québécois manquent d’ouverture et d’empathie. Pourtant, vous verrez beaucoup plus de Québécois manger chez Amir que de musulmans ou de juifs manger à la cabane à sucre. Les Québécois mangent aussi halal et kasher. Ils peuvent aussi boire de la bière. Un Québécois peut même tomber amoureux d’une musulmane sans avoir à craindre d’être renié par sa communauté. Ce qui limite le plus les échanges, le partage et même l’amour entre deux cultures, est-ce l’interdiction de porter un voile (aux employées de l’État) ou l’interdiction de montrer son visage et ses cheveux, en plus des interdictions alimentaires et de l’interdiction des relations amoureuses interconfessionnelles ?

 

Ne serait-ce pas un peu exagéré d’accuser les Québécois de saboter leur relation avec l’islam ?


Alexandre Savignet - Le 10 octobre 2013

4 commentaires
  • Céline A. Massicotte - Inscrite 15 octobre 2013 03 h 56

    Écrire dans le beurre?

    Est-ce que le titre parle de moi ou de vous? Est-ce que je me trompe en disant que devant cette affluence d'absence vous vous êtes lassé?

    L'idée de base n'était pas mauvaise, mais vous êtes tombé vous-même dans l'intégrisme que vous reprochez en douce aux pseudo musulmans, car il y a ici et ailleurs des Iraniens, des Algériens, des Kabyles qui sont athées ou non pratiqants. Des ignorants pourraient ainsi croire que vous connaissez tout de l'islam, des musulmans, mais vous n'en connaissez rien: je parle d'une vraie connaissance, de terrain. Bien écrire et inventer ne suffit pas. Je parle aussi d'ouverture à l'autre ne serait-ce que par la lecture, le cinéma.

    Parlant de lecture, dans la charte il n'est question nulle part de l'islam, des musulmanes ni même du voile: on y parle de signes ostentatoires, religieux, car toutes les religions, en principe, sont visées, dans les faits... c'est autre chose: question de nombre et de temps. Les derniers arrivants sont toujours mal servis, et bon... l'islam fait peur.

    À moins de n'avoir lu aucun article sur le sujet ni les commentaires qui les suivent, vous ne pouvez ignorer que des Québécois d'origine s'opposent à la partie de la charte dont il est question, mais vous choisissez d'en faire abstraction comme s'il s'agissait d'une confrontation exclusive entre ces immigrants et nous, les de souche. Secundo, vos exemples sont tirés par les cheveux: vous opposez Amir et la cabane à sucre, mais Amir est en plein centre ville, très accessible, et pourtant... Quant aux Juifs, pratiquement aussi de souche que nous, ils sont presque tous invisibles: les Hassidiques sont ici surtout depuis la dernière guerre mondiale. Un musulman ne peut être amoureux d'une Québécoise il serait renié? La burqa? Ce n'est pas une prescription de l'islam mais culturel. Tout est complexe.

    Sortir de votre cocon vous ferait du bien et vous éviterait de dire n'importe quoi.

  • Rafik Boualam - Inscrit 15 octobre 2013 08 h 12

    "vous verrez beaucoup plus de Québécois manger chez Amir que de musulmans ou de juifs manger à la cabane à sucre. Les Québécois mangent aussi halal et kasher. Ils peuvent aussi boire de la bière." Voilà, c'est le genre de commentaires auquel nous avons droit ces derniers temps. Il faut vraiement développer une carapace dure pour se prémunir contre la régression intellectuelle. D'ailleurs, c'est sur le thème de fonds relatif à la guerre des civilisations que l'on traite généralement le sujet. Arabes contre occidentaux, musulmans contre chrétiens, culture contre culture, et à qui va pisser plus loin. Mon père est plus ouvert que le tien, ma mère est plus émancipée que la tienne, triste et pathétique.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 octobre 2013 11 h 11

      Je vous sens frustré M.Boualam. Vous posez quelques questions et vous établissez quelques autres constats. Mais vous ne répondez pas à la question elle-même : Quel est votre position face aux «conflits» conflictuels ?

      «triste et pathétique» n'est pas une réponse, ce n'est qu'un autre constat !

      Toutes les personnes donnant leur opinion ne les présentent pas de la même façon. À chacun son choix de comment l'exprimer. La «personnalité» de chacun doit apparaitre. On est pas des machines (à part ceux qui ne font que répéter ce que d'autres ont dit) !

      Quel serait votre réponse devant l'intégrisme pur et dur (de quelque côté qu'il vienne) ? La mollesse ? Vous savez déjà que ce n'est pas la mienne !

      PL

  • Rafik Boualam - Inscrit 15 octobre 2013 13 h 18

    Monsieur Lefebvre

    Je pourrai vous retourner la question et vous demandez la question sur votre propre position (mollesse, intégrisme pur et dur,...). C'est le genre d'article qui majore les différences et minimise les similarités, il pointe l'autre qui, de par son apparence, est différent et fait peur. Il y a le NOUS et les autres, et c'est cela que je n'aime pas.
    Trés jeune, j'ai rêvé voyager, pour rencontrer des gens différents de moi. Finalement, après avoir fait pratiquement le tour du monde, je me suis rendu compte que pourvu qu'on gratte un tout petit peu , les gens se ressemblaient plus qu'ils n'étaient différents. D'ailleurs, une des caractéristiques que l'on retrouve partout, c'est la paresse intelectuelle, qui fait que l'on porte facilement des jugements de valeurs pour ne pas avoir à trop rêflechir.