Lettre - Cimenterie: une occasion?

Ainsi, parce que le projet de cimenterie Port-Daniel-Gascons a été déposé avant le 22 juin 1995, il n’aurait pas à être soumis aux audiences du BAPE, même s’il ne voyait le jour qu’en 2015. Et ce, même s’il est prévu que la cimenterie rejettera 10 % de tous les gaz à effet de serre relâchés par l’industrie au Québec.

 

Au moins, ne pourrait-on pas jumeler la nouvelle cimenterie à une usine d’algocarburants qui retire le CO2 des cheminées et en alimente des cultures d’algues produisant à leur tour de l’oxygène, des combustibles réutilisables dans la cimenterie et divers autres produits valables ?

 

La cimenterie St. Mary’s, dans le sud-ouest de l’Ontario, a été jumelée à Pond Biofiouls. Des souches d’algues résistantes au froid ont été sélectionnées. C’est une première mondiale et ça fonctionne depuis 2009. U.S. Steel Canada essaie maintenant cette technologie qui réduit les émissions de CO2. En mai 2013, le gouvernement fédéral octroyait 9,5 millions de dollars pour un projet d’algocarburants associé à l’exploitation des sables bitumineux de Primrose South en Alberta.

 

Si le Québec apprenait à maîtriser la technologie des algocarburants, peut-être trouvera-t-on qu’une nouvelle cimenterie aura été, après tout, une belle occasion.

À voir en vidéo