Lettre - François secoue l’Église

Le pape François, venu de l’Argentine n’a pas fini de brasser la cage. À peine quatre mois après son élection, le pape des pauvres a déboulonné l’Église de son piédestal en refusant d’habiter dans les appartements pontificaux trop luxueux et il rejette les appareils liturgiques de la papauté. Il a recommandé aux cardinaux et aux évêques de vendre leur limousine ; lui s’accommoderait d’une Ford bien ordinaire. Il a aussi commencé à faire le ménage dans la Curie romaine, travail commencé par Jean-Paul Ier, mais on ne lui a pas donné la chance de continuer.

 

Au Brésil, il continue dans le même style, il invite les jeunes à semer le chaos dans leur diocèse pour répandre la foi. De même, il fait fi du protocole pour se rapprocher des pauvres dans les favelas. Surtout, il souhaite que les temps forts vécus au Brésil, se perpétuent dans l’Église universelle, lorsqu’il déclare : « Je veux vous dire quelque chose, à quoi je m’attends à la suite des journées mondiales de la jeunesse… Je veux que l’Église se rapproche des gens. Je veux me débarrasser du cléricalisme, du terre à terre, de notre fermeture en nous-mêmes, dans nos paroisses, nos écoles ou nos structures, parce que tout ça doit sortir ». Le peuple de Dieu attend beaucoup de ce pape venu du tiers-monde ; réussira-t-il à faire changer de cap, l’immense navire de mon Église qui a tant besoin de réforme ? Dieu seul le sait !


Maurice Marcotte - Gatineau, le 8 août 2013

À voir en vidéo