Lettre - La réorientation de la MMA

La réputation de la MMA est tellement entachée que je ne crois pas que l’annonce de sa décision de ne plus tirer de wagons-citernes servira, entre autres, à redorer son blason fortement terni ! Les Dot-111 sont devenus le noir symbole d’une catastrophe sans précédent, presque impossible à effacer des mémoires ! Et Transports Canada n’a pas encore recommandé de plan de remplacement progressif de ces wagons ! Soyons réalistes, quand la MMA arrive difficilement à transporter du soja très lentement, comme l’a démontré un léger déraillement récemment près de Farnham (ce n’était pas le premier d’ailleurs), qui avait créé un buzz dans les médias, quelles localités actuellement souhaitent revoir un train de la MMA traverser régulièrement son territoire, même si ce n’était que pour acheminer du bois ? Le transport ferroviaire est indispensable à l’essor industriel, soit, mais n’est-il pas temps de le confier à une entreprise qui met en pratique des normes authentiquement rigoureuses avec un réseau impeccable de voies ferrées ?

 

Autre question ô combien importante, pour les contribuables québécois qui devront, jusqu’à dédommagement complet (?) des assureurs et autres, assumer les coûts liés à la tragédie : est-ce que le gouvernement du Québec, devant cette réorientation des affaires de la MMA, pourra récupérer le contenu de TOUS les wagons-citernes qui dorment ici et là avec plus ou moins de surveillance, notamment à Farnham, en guise de compensation ? Il ne faudrait pas que cette payante cargaison disparaisse en pleine nuit comme par magie… Et le risque d’une faillite de la MMA demeure !

À voir en vidéo