Lettre - Le nom de Champlain doit rester sur le pont

Depuis l’annonce d’un nouveau pont Champlain, les autorités du gouvernement d’Ottawa précisent que le pont portera peut-être un nouveau nom. Curieux, n’est-ce pas ? Pourquoi voudraient-ils retirer le nom du fondateur de la Nouvelle-France au profit d’un autre ? Champlain était un grand homme, un homme dont nous pouvons être fiers, un homme qui rallie les Québécois, qui a laissé une empreinte indélébile sur l’Amérique.

 

Mais c’est le gouvernement canadien qui décidera, pas le gouvernement du Québec. Que nous préparent-ils ? Connaissant le militarisme du gouvernement Harper, son entichement pour la monarchie et l’Empire britannique ainsi que sa répugnance pour la France, on peut raisonnablement présumer qu’ils aimeraient commémorer quelqu’un qui partageait ces sentiments et qui rappellera durablement le lien colonial entre le Canada et le Royaume-Uni. En même temps, il ne peut heurter de front les sensibilités québécoises.

 

Ce sera donc quelqu’un avec un nom d’origine française, mais qui a montré patte blanche à l’Empire et qu’on peut essayer de décrire comme un personnage ayant marqué l’histoire du Canada. Trudeau étant attribué à un aéroport, les choix sont limités. Est-ce Salaberry qu’on se prépare à célébrer ? Si c’est le cas, l’annonce se fera bientôt pour marquer le 200e anniversaire de l’escarmouche de Châteauguay, le 26 octobre 2013. Stephen Harper fera ainsi d’une pierre deux coups : nous éloigner de nouveau de l’épopée de la Nouvelle-France, dont Champlain est le héros, et nous imposer un héros - d’aucuns pourraient dire un pantin - de l’Empire britannique. Car la guerre que le Canada dit de « 1812 » est connue plus largement sous les noms de seconde guerre d’Indépendance ou guerre anglo-américaine. Et Isaac Brock, celui que le gouvernement Harper célèbre tant, n’a pas caché qu’il se battait pour la Couronne britannique et contre un éventuel retour de la France en Amérique.

 

Si c’est Salaberry, un NON assourdissant doit surgir de ces contrées que Champlain a visitées, cartographiées et laissées en héritage.

15 commentaires
  • Luc Genest - Inscrit 30 juillet 2013 02 h 33

    Mise au point

    Il faudrait peut-être mentionner que Champlain est "un" des fondateurs de la Nouvelle-France. De plus, et cette erreur se produit souvent, la bataille d'octobre 1813 s'est produite le long de la rivière Chateauguay à Allan's Corner et non pas à Chateauguay. Il faut dire "bataille de LA Chateauguay" et non pas "bataille de Chateauguay". La nuance est très importante.

  • Claude Jean - Inscrit 30 juillet 2013 05 h 57

    Le pont Champlain origine et signification

    Pont Champlain

    Origine et signification

    Samuel de Champlain, géographe et explorateur, est né à Brouage en 1574 et est baptisé au temple protestant Saint-Yon le 13 août de la même année. Sous les ordres de François Gravé Du Pont, Champlain effectue son premier voyage en Nouvelle-France, en 1603, à titre d'invité. Il explore le territoire, notamment Tadoussac, et il relate sa rencontre avec les Amérindiens dans Des Sauvages. Il revient dans le Nouveau Monde entre 1604 et 1607 pour tenter d'implanter une colonie à Port-Royal, en Acadie. Cette première tentative échoue. Le 3 juillet 1608, Champlain fonde Québec, dont le nom signifie « là où le fleuve se rétrécit », et y érige l'Habitation. La colonie prend forme. En 1609, il continue l'exploration du territoire et découvre un plan d'eau, à la frontière du Canada et des États-Unis, qu'il nomme Lac Champlain. Dans le nouvel établissement, il met sur pied un important réseau de traite des fourrures, effectue une alliance française-huronne, combat les Iroquois et assure l'implantation des colons. Son projet est interrompu en 1629 lorsqu'il doit livrer Québec aux frères Kirke. Cependant, la première occupation anglaise est brève car la colonie est remise aux Français en 1632. En 1634, Champlain mandate Laviolette d'établir un fort à Trois-Rivières. Le fondateur de Québec devient commandant de la Nouvelle-France en 1633, jusqu'à sa mort le 25 décembre 1635. On lui reconnaît le titre de « Père de la Nouvelle-France » en raison de sa volonté d'implanter une colonie française en Amérique du Nord.

    http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/fiche.

    Le pont Champlain doit conserver son nom!

  • Dominic Lafrenière - Inscrit 30 juillet 2013 07 h 13

    Oui pour Salaberry

    Quand on connait la biographie de Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry, on reconnait qu'il s'est battu toute sa vie pour son identité canadienne-française. Quand il était jeune lieutenant il a tué en duel un allemand qui l'avait insulté. En tant que commandant des Voltigeurs il était apprécié de ses troupes puisqu'il respectait leur langue française. Il a souvent critiqué le gouvernement dans on attitude envers ses compatriotes.

    Oui, plus j'y pense et plus je me rends compte que vous avez lançé une bonne idée en présentant le nom de Salaberry.

    • Sylvain Auclair - Abonné 30 juillet 2013 09 h 50

      Bizarre. J'ai visité le musée de la bataille de Châteauguay. On y trouve une lettre de Salaberry à son père. En anglais.

  • Guy Lafond - Inscrit 30 juillet 2013 07 h 22

    Champlain


    Un humaniste exceptionnel qui avait établit des ponts entre protestants et catholiques.

  • Céline A. Massicotte - Inscrite 30 juillet 2013 08 h 09

    Tout dépend de qui sera cet autre...

    Ça m'étonnerait mais... et si cet autre était de Mons?

    Dans les faits, c'est lui le véritable fondateur de la Nouvelle France, le bras financier de l'affaire, mais il a été rayé de l'histoire par l'église qui à l'époque contrôlait tout, particulièrement l'enseignement. Ha oui! j'allais oublier: Pierre Dugade Mons était protestant.

    Ça pourrait faire l'objet d'une contre proposition, non?