Lettre - Veut-on sauvegarder le français comme langue internationale?

Je reviens d’un voyage à Paris (où je suis allée plus d’une vingtaine de fois depuis 1966), de même que dans la région de Bordeaux et sur la côte sud-ouest de Bordeaux. Comme beaucoup de Québécois qui allaient à Paris, entre autres au milieu des années 1990, je trouvais cocasse ou amusant de voir des mots tels que « parking », « pressing »… À l’époque, je remarquais ces mots, sans trop m’offusquer. Mais, cette fois, j’ai été assez frappée par la présence de l’anglais : dans la vie de tous les jours, dans les appellations de commerces, etc. (non seulement certaines traductions en anglais, ce qui est acceptable à mes yeux dans des endroits touristiques, mais dans un bon nombre de cas des appellations en anglais uniquement).

 

Je sais depuis déjà plus de 45 ans que, lorsque je voyage en Europe, l’anglais m’est beaucoup plus utile que le français. Mais je n’étais pas consciente jusqu’à maintenant à quel point il y a maintenant en France une valorisation de l’utilisation de mots anglais ainsi qu’une certaine inconscience quant à la fragilité de la langue française dans un univers où l’anglais est utilisé non seulement par les Anglo-saxons, ce qui va de soi, mais aussi dans certaines circonstances optionnelles par des Français et par les citoyens, dont les touristes, d’un très grand nombre de pays. Je pourrais citer une multitude d’exemples, mais j’étais en voyage de plaisir et n’étais pas en France pour vérifier la présence de l’anglais. Ma lettre se veut donc plus générale. Un seul aspect anecdotique que je mentionnerai ici : mon mari est Britannique d’origine ; il habite à Montréal depuis plus de 40 ans et parle un excellent français ; à Paris, et même ailleurs en France, dès qu’il ouvrait la bouche, en français, dans des cafés, restaurants ou réceptions d’hôtels, les préposés lui répondaient plus souvent en anglais qu’en français ; c’est lui qui devait leur dire que ça lui convenait de continuer la conversation en français.

 

Dans le contexte mondial actuel, Internet, dominé par l’anglais, a plus d’influence que l’Académie française. Si les francophones veulent que le français reste une langue internationale, il y a beaucoup de travail à faire, non seulement au Québec, mais aussi en France quant à la conscientisation par rapport à certains gestes de la vie quotidienne.

À voir en vidéo