Lettre - Montréal: vers une élection sans contenu

Ceux qui espèrent un débat sur les enjeux de Montréal, en particulier sur la gouvernance et l’éthique, perdent leur temps. L’élection porte uniquement sur le candidat qui aura la plus grosse machine et l’enjeu sera seulement le remplacement du personnel politique.


Pour le moment, Coderre semble jouir d’une avance insurmontable, mais ça pourrait changer si, cet automne, la candidate Mélanie Joly décide de rejoindre la coalition de Marcel Côté, lui donnant ainsi l’avantage. Les programmes sont invisibles, voire inexistants.


De toute façon, la dynamique de l’élection risque d’être la même qu’en 2009 : une majorité de Montréalais n’iront pas voter, et parmi ceux qui oseront se déplacer, la plupart voteront pour le plus gros parti sans idées, comme ils avaient voté pour le champion de l’ignorance et de l’inconscience qu’était Gérald Tremblay. C’est que les élections sont devenues simplement l’équivalent de remaniements ministériels. Y ajouter un contenu serait excessif.

À voir en vidéo