Lettre - Français: plus que l’urgence

Je suis un des analystes acharnés sur le peu de considération qui est donnée au français dans le reste du Canada. Je trouve que le français hors Québec est voué à l’assimilation. Les études le démontrent depuis que je suis indépendantiste, c’est-à-dire 1967. Mais je prends note des informations qu’apporte Graham Fraser. Il s’agit d’efforts sincères et réels qu’il souligne.


Ma question de fond est : la survie du français à long terme, hors du Québec, est-elle assurée au Canada ? Ma réponse est non. Au Canada, la protection a dépassé l’urgence. Elle se trouve en mode « récupération des meubles »…

À voir en vidéo