Letttre - L’OACI, dans quels sables?

Le Canada se retire de la Conférence des Nations unies sur le désarmement parce que l’Iran en assumera la présidence. Ce même gouvernement Harper se retirait en mars de la Convention des Nations unies pour lutter contre la désertification.


Cette adhésion à géométrie variable du Canada envers l’ONU et ses institutions risque fort de jouer dans la lutte déjà engagée sur le maintien du siège montréalais de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), que le Qatar veut voir s’établir dans ses sables (non bitumineux). Non seulement ce petit pays du golfe persique peut, avec ses pétrodollars, faire mousser fortement sa candidature, mais il peut aussi compter sur le soutien de nombreux pays, et pas seulement arabo-musulmans.


Ajoutez à cela l’attitude pour le moins discutable du gouvernement à l’endroit de la grande organisation mondiale. Et il ne serait pas absolument impossible que la majorité des 192 membres de l’Assemblée générale favorisent le Qatar et rejettent le Canada, comme ils l’ont fait lorsque ce dernier pays a présenté sa candidature au Conseil de sécurité il y a maintenant trois ans. Ce n’est pas un souhait, mais…



Normand Breault - Montréal, le 15 mai 2013

4 commentaires
  • Fernand Lachaine - Inscrit 21 mai 2013 07 h 28

    Et voilà.

    Ce n'est pas, non plus, en se tenant chez un Tim Horton à New-York, que la Canada s'est fait des amis et amies à l'ONU. n'est-ce-pas?

  • François Dugal - Inscrit 21 mai 2013 07 h 49

    Enrichissons notre vocabulaire

    Adulte:
    Personne qui assume les conséquences de ses gestes.

  • Jean Lapointe - Abonné 21 mai 2013 08 h 33

    S'il fallait qu'on perde le siège de l'OACI


    S'il fallait qu'on perde le siège de l'OACI qui se trouve à Montréal parce que le gouvernement Harper se fait haïr de plus en plus par de plus en plus de pays, est-ce que cela ne pourrait pas favoriser l'attrait pour l'indépendance du Québec?

    J' espère presque que cela va se produire pour cettte raison-là.

    Je ne nous souhaite pas du mal mais quand on voit la façon dont ce gouvernement se comporte, on ne peut qu'espérer, il me semble, de profonds changements.

    Il serait préférable que nous fassions l'indépendance pour de meilleures raisons que celle-là mais on ne choisit pas toujours ses raisons.

    Il s'agirait d'en profiter faute de mieux.

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 21 mai 2013 12 h 35

      Ce sera une des raisons. Chaque jour qui passe nous rapproche du grand soir.