Lettre - Le chef d’orchestre

Il est de notoriété publique que le député libéral fédéral de Bourassa, Denis Coderre, ne fait jamais les choses comme les autres. Eh bien, après des mois de spéculations soigneusement entretenues par le principal intéressé, sa réputation s’est poursuivie le 16 mai, lorsqu’il a annoncé officiellement sa candidature à la mairie de Montréal sous les huées d’une quarantaine de manifestants militant pour le logement social et contre le règlement P-6, deux manifestants masqués plantés derrière lui. Et tout ça après qu’il ait confirmé sa décision en « primeur » à 10 h 35 sur ses comptes Twitter et Facebook.


« Contrairement à ce que plusieurs pensent, Montréal n’a pas besoin d’un “sauveur”, elle a besoin d’un leader, d’un rassembleur compétent et inclusif, d’un chef d’orchestre ! Je serai ce chef d’orchestre », a-t-il lancé dans son allocution.


En tête des sept thèmes de sa campagne trônent l’honnêteté, la gouvernance et la cohérence. Parlant d’honnêteté, que faisait l’ancien ministre libéral fédéral au moment du scandale des commandites ? Une question à laquelle il risque d’avoir à répondre s’il désire établir sa crédibilité comme « chef d’orchestre » !

À voir en vidéo