Lettre - Le ridicule ne tue pas?

Un petit Américain de cinq ans, du Kentucky, a abattu sa soeur de deux ans avec son propre fusil, un 22 long rifle « spécialement conçu pour les enfants », qui lui avait été offert en cadeau l’année dernière. Il était stocké dans le coin d’une pièce et les parents ne savaient pas qu’il restait une munition à l’intérieur, selon le médecin légiste chargé de cette affaire. Il appert que la mère des enfants, qui faisait le ménage, était momentanément sortie sur le balcon de la maison.


Aux États-Unis, 851 personnes sont mortes en 2011 victimes, victimes d’une balle perdue tirée par accident. Sur la même période, ces accidents ont fait quelque 14 675 blessés, dont 7991 mineurs et 3569 âgés de moins de treize ans.


Pourtant, des textes de loi pour une réglementation plus stricte sur les armes à feu, déposés dans la foulée du massacre commis dans la foulée du massacre de Newtown, au Connecticut, fin 2012, ont été repoussés il y a deux semaines au Congrès.


Un proverbe dit que « le ridicule ne tue pas », mais, malheureusement pour la petite Caroline Starks, « le ridicule » des parents qui ont placé l’arme meurtrière entre les mains du garçonnet contribue à faire augmenter la liste des victimes d’attitudes irresponsables et de gestes fatidiques chez nos voisins du sud. Quant à nous, dans notre «beau pays», nous en sommes encore à nous demander si nous devons conserver le registre des armes à feu. Stupéfiant !



Henri Marineau - Québec, le 3 mai 2013

2 commentaires
  • Jean-Maurice Demers - Inscrit 6 mai 2013 04 h 40

    Pas ridicule, mais criminel.

    M. Marineau, le comportement des parents de Caroline n'est en rien ridicule, mais simplement criminel. Au Québec, ils seraient déjà sous l'"inculpation de négligence criminelle" et de contrevenir à la loi fédérale, 2 ans avant Polythecnique, sur l'entreposage d'armes à feu et munitions (armoires distinctes conçues à cette fin). Mais aucun policier ne sonne aux portes au nom de cette loi. Pourtant, les pompiers le font au nom de la prévention des incendies. Pourquoi la police n'en ferait-elle pas autant avec les armes à feu? Le meilleur registre n'empêchera jamais un comportement, une négligence ou un geste criminel. On lui prête d'illusoires vertues, il n'est utile qu'aux policiers qui répondent à un appel d'urgence (cambriolage...) afin de vérifier la présence d'armes à feu. Le lien entre le registre et l'attitude criminelle des parents de Caroline n'est pas à faire, pas plus qu'avec la violence faite aux femmes. Si on désire un registre, qu'on le promeuve pour les bonnes raisons. Ou qu'on investisse dans des visites policières à domicile. Qu'on se souvienne de V. Fabrikant (1992) qui tua 4 confrères avec 3 armes de poing à usage restreint et bien enregistrées.

  • Alexie Doucet - Inscrit 6 mai 2013 08 h 41

    2e amendement - 6e commandement: 1-0

    Le plus ridicule c'est l'acharnement de cette droite chrétienne à défendre le 2e amendement en pleine contradiction avec le 6e commandement: tu ne tueras point!