Lettre - Élargir la notion de maltraitance

Le gouvernement péquiste poursuit la campagne contre la maltraitance lancée par l’ancien gouvernement. Or bien que réaliste, cette campagne dénonce uniquement la maltraitance dont sont victimes nos aînés par leurs proches et leur entourage.


Ne croyez-vous pas que le fait de se voir littéralement forcé à se lever et se coucher à des heures prédéterminées, de ne recevoir qu’un seul bain… par semaine, de manger de la nourriture préparée la veille et de partager, dans certains cas, sa chambre avec un inconnu ne constitue pas aussi une forme de maltraitance ? C’est pourtant ce que sont obligés de vivre des milliers de nos personnes âgées vivant dans certains CHSLD ainsi que certaines résidences privées.


Le gouvernement se donne donc bonne conscience en investissant massivement notre argent dans des publicités, mais n’a que faire de ses propres agissements dans ces institutions. Aberrant !



Jean Bottari - Montréal, le 16 avril 2013

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Pierre Blain - Abonné 22 avril 2013 06 h 35

    Maltraitance institutionnelle

    Ce que monsieur décrit a un nom: la maltraitance institutionnelle. Mais on ne s'en occupe pas.

  • Jean Bottari - Inscrit 22 avril 2013 10 h 33

    Qui ne dit mot consent!