Lettre - James Moore réplique

J’ai lu l’article «Ottawa impose le bâillon aux archivistes» dans l’édition du 3 avril 2013 du Devoir, sous la plume de M. Stéphane Baillargeon. Je souhaite répondre à un certain nombre d’inexactitudes.


Tout d’abord, ce titre induit malheureusement les lecteurs en erreur. Toute allégation selon laquelle le gouvernement Harper bâillonne les archivistes est complètement fausse. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) est une société d’État qui fonctionne de façon indépendante du gouvernement. Permettez-moi ici d’être clair : il n’y a pas d’influence politique.


Également, comme BAC l’a indiqué à de nombreuses reprises, les archivistes seront toujours en mesure de parler lors de conférences et d’événements publics dans le cadre du nouveau code d’éthique. Cela n’a pas changé. Affirmer dans l’article qu’il y a ici une tentative de contrôle constitue une charge mesquine qui n’éclaire en rien les lecteurs du Devoir.


Enfin, BAC est de plus en plus efficace tout en améliorant ses services. Ce sont dorénavant tous les Canadiens qui pourront avoir accès en ligne au contenu historique, pas uniquement les chercheurs à Ottawa. L’initiative de modernisation de BAC permettra d’améliorer et d’élargir l’accès pour tous au patrimoine documentaire et culturel du Canada. Notre gouvernement est déterminé à préserver notre patrimoine documentaire et culturel ; les Canadiens peuvent compter sur nous pour continuer en ce sens.

À voir en vidéo