Lettre - La maternelle à quatre ans, un choix judicieux?

Le gouvernement Marois a décidé de mettre huit millions de dollars dans l’implantation de maternelles quatre ans en milieux défavorisés. Je me demande pourquoi Pauline Marois a choisi la maternelle plutôt que le CPE.


Au CPE, le ratio est d’une éducatrice pour 10 enfants alors qu’à la maternelle, il est d’une enseignante pour 18. Dans les CPE, les éducatrices ont une formation spécialisée en petite enfance. Pour enseigner à la maternelle quatre ans, les enseignantes n’ont pas une formation adéquate en éducation préscolaire. Au CPE, l’espace et l’aménagement sont régis par des normes strictes et obligatoires. À l’école, ces dernières sont flexibles et facultatives : on retrouve souvent des classes dans des locaux complètement inadéquats.


On sait qu’il est essentiel de viser le développement des compétences parentales si on veut aider les enfants. Les garderies ont toute l’expérience et la structure pour le faire, et c’est dans leur mandat de le faire. Ce n’est pas le cas à l’école. Même le Conseil supérieur de l’éducation affirme que la meilleure place pour un enfant de quatre ans est le CPE. Avec cette décision, Mme Marois a-t-elle vraiment à coeur le bien-être des petits de quatre ans ?



Danielle Jasmin - Montréal, le 14 mars 2013

À voir en vidéo