Lettre - Le sou roublard

Relativement à la disparition du sou des opérations financières en espèces, je m’imaginais que la règle de l’équité régnerait, c’est-à-dire que de 0,01 à 0,02 au-dessus d’une valeur multiple de 5 sous, on réglerait l’achat aux 5 sous inférieurs, et que de 0,03 à 0,04 au-dessus on réglerait aux 5 sous supérieurs. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’au moins dans un commerce on arrondissait aux 5 sous supérieurs à partir de 0,02… parce que le commerce, autrement, n’y trouvait pas son compte ! Mais une règle juste ne devrait-elle pas permettre au commerçant et au client de trouver chacun son compte ?

Je pensais aussi que, pour les opérations sur carte de débit ou de crédit, pour lesquelles on ne traite pas de sous sonnants et trébuchants, ces règles ne s’appliqueraient pas et que le montant de la facture demeurerait intact, quel que soit le nombre de sous après le nombre entier de la facture. Faux au moins chez un commerçant qui s’amuse à arrondir aux 5 sous, dans mon cas supérieurs, comme si la transaction se faisait en espèces.

2 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 12 mars 2013 09 h 28

    Vous vous êtes fait avoir

    La même chose nous est arrivée dans un Pharmaprix, mais ma conjointe a tout de suite protesté et la caissiére s'est ravisèe. Je soupçonne que certains marchands donnent des consignes à leurs employés d'essayer d'en "passer une petite vite" aux clients, quitte à se rétracter si ceux-ci rechignent.

  • Jean Richard - Abonné 12 mars 2013 09 h 51

    Prix taxe incluse – une occasion ratée

    L'abandon de la pièce de 0,01 $ aurait pu être l'occasion de passer une fois pour toutes à l'affichage universel des prix TTC (toutes taxes comprises), ce qui rendrait inutile ces arrondis à la caisse.

    Actuellement, vous allez à la SAQ acheter une bouteille de vin. Le prix indiqué est de 16,45 $. À la caisse, vous allez payer ce montant et rien d'autre. Puis, vous traversez chez le dépanneur pour acheter de la bière. Le prix affiché est de 15,99 $, mais en passant à la caisse, vous découvrez que ce prix ne comprend pas la taxe, contrairement à ce qui était le cas à la SAQ.

    Pire, dans une binnerie quelconque, vous achetez un sandwich à 3,49 $ et un petit plat préparé à réchauffer au four. En passant à la caisse, vous découvrez qu'on y a ajouté des taxes au sandwich, mais pas au plat préparé. Bizarre ? Non, le prêt-à-manger est taxable, mais le plat préparé, comme il doit être réchauffé, n'est pas considéré comme prêt-à-manger.

    La prix à payer à la caisse devrait être celui qui est affiché. Le consommateur s'y retrouverait beaucoup mieux. En même temps, ce serait l'occasion d'en finir avec des prix aussi ridicules que 3,99 $ là où 4,00 $ aurait été tellement plus simple.