Lettre - Tocqueville et Socrate

Merci et bravo à Antoine Pageau St-Hilaire pour son Devoir de philo. Très éclairant, ce texte nous révèle que des penseurs comme Alexis de Tocqueville ont, heureusement, des descendants.


J’ajouterais à ce plaidoyer pour une éducation « qui devrait faire grandir les hommes » qu’en plus d’une connaissance générale, nous devrions mettre l’accent sur les dimensions comportementales de l’être humain. Une meilleure perspective de soi et de ce monde complexe qui nous entoure est plus que nécessaire pour une société digne de ce nom. Socrate, avec son « connais-toi toi-même », est aussi actuel que Tocqueville et cette connaissance de soi s’étend, en corollaire, à celle des autres. Je crois que dès le primaire et jusqu’à l’université, il devrait y avoir des cours englobant la psychologie, la sociologie et la philosophie, qui traiteraient du comportement humain dans son ensemble. Cela va de soi quand on veut « informer » un individu avant de le « former », quand on veut une société composée de citoyens responsables et matures avant celle de « producteurs-consommateurs ».


Mais la société de consommation veut se perpétuer plus fort que la société civile, semble-t-il, et elle se tirerait dans le pied en donnant à ses sujets trop de sens critique. Qui mordrait alors à l’hameçon de la publicité ? Qui se laisserait aliéner par les propagandes politiques et économiques ?


Les glissements subtils vers une éducation utilitariste, expliquée par un langage technocratique qui en perd plus d’un, demandent notre intelligence et notre vigilance.


Il en va de la définition et du rôle de l’éducation dans le progrès humain.


***

Marc Boucher - Laval, le 24 février 2013

1 commentaire
  • alain petel - Inscrit 27 février 2013 06 h 12

    Où allons-nous ?

    Heureusement, il y a les jeunes parfois pour nous rappeler d'où venons-nous et où nous sommes dans ce nettoyage à sec de la pensée qu'on nous fait subir au quotidien à force matraquage publicitaire. Aujourd'hui, on nous souhaite de passer du printemps érable au printemps drabe... Est-ce vraiment-là où nous allons ?