Lettre - Une notion méconnue à la CSDM

Dernièrement, la présidente du comité central des parents de la CSDM a déploré le problème de la moisissure qui touche une partie importante des écoles de Montréal. Elle réclame du même coup un milliard sur dix ans pour rénover ou construire des écoles. Il se trouve que je réside juste en face de l’école Saint-Gérard dans Villeray. Tous les jours, j’assiste à la ronde des autobus scolaires transportant les écoliers matin, midi et soir vers la polyvalente Georges Vanier qui a prêté ses locaux pour dépanner.


Saint-Gérard est une belle école de quartier et je suis bien placé pour témoigner des profondes améliorations qu’elle a subies au fil des ans. À ma profonde stupéfaction, j’apprends qu’elle va être démolie à cause de moisissures qui auraient pris naissance dans les combles au fil des ans. J’apprends également que d’autres écoles sont victimes du même mal. Cette stupéfaction se transforme en consternation lorsque je réalise que personne à la CSDM n’était au courant de cette moisissure qui gangrenait ses édifices. Autrement dit, la CSDM ne connaît pas le terme « imputabilité ». Je ne peux en effet pas imaginer que cette moisissure puisse se développer durant des années sans qu’un responsable quelconque des bâtiments soit au courant. À venir jusqu’ici, ce responsable doit être bien caché puisque pas une fois son nom n’a été mentionné. En attendant, le laxisme pour ne pas dire l’incompétence de la CSDM va nous coûter des millions de dollars. Comble d’ironie, je viens de recevoir ma taxe scolaire de plus de 800 dollars. Peut-être qu’effectivement les commissions scolaires ne servent à rien…

À voir en vidéo