Lettre - Un rayon de soleil

Les coupes budgétaires annoncées par le gouvernement Harper au développement international vont se décider dans les prochaines semaines. 319 millions de dollars sont en jeu et pourraient ne plus aider des pays comme le Malawi, le Rwanda, l’Éthiopie, le Mozambique ou le Népal. Ou Haïti, récemment fait officiel.


L’aide internationale n’est pas la seule solution pour éradiquer la pauvreté, mais bien sûr qu’elle compte. Les objectifs du millénaire sont un consensus fait au sein des Nations unies par tous les pays pour réduire les énormes différences entre le premier et le troisième monde. Et il y a un instrument qui a rendu cela possible dans les derniers 30 ans, 100 millions de familles, l’équivalent de 500 millions de personnes, sont sorties de la pauvreté : le microcrédit. Son créateur, M. Muhammad Yunus, a remporté le prix Nobel de la paix 2006 pour cela. Et le véhicule pour le réaliser s’appelle la Banque Grameen (banque rurale).


Avec un microcrédit, par exemple, une personne peut acheter une machine à coudre ou une vache pour vendre sa production au marché local. Ou acheter un panneau solaire et avoir l’électricité nécessaire pour étudier après la longue journée de travail. Ce fait est une réalité au Bangladesh : Grameen Shakti vient de célébrer un million de panneaux solaires installés dans les dernières 20 années : la lumière est là, il faut la voir.

À voir en vidéo