Lettre - Usager et non client

J’entends aussi, des fois, des gens du système de santé parler de clients. Les malades hospitalisés sont des usagers du système qui demeure un système public (avec toutes ses fragilités et tous les dangers qui guettent son caractère public). Un tel système a comme objectif unique de desservir les citoyennes et citoyens d’ici en matière de santé. Même chose pour ce qui est du système d’éducation (en tout cas, le système public) de la maternelle à l’université. Les étudiantes et les étudiants universitaires ne sont pas des clients, mais exercent simplement leur droit à des études supérieures.


Ce recours trop fréquent à l’appellation « client », plutôt appropriée au marché (qui se veut très libre), ne me semble pas du tout innocent. Il trahit le glissement d’une société de partage attentif aux droits de toutes et tous vers un agglomérat d’individus dont certains peuvent se prévaloir de services dans la seule mesure où ils sont capables de payer.


Le gouvernement se doit de continuer à s’assurer que soient respectés les droits de toutes et tous dans des domaines aussi fondamentaux que la santé, l’éducation, l’électricité… Quant aux citoyennes et citoyens, ils ont la responsabilité de veiller à ce qu’aucune personne ne se voie menacée dans ses droits d’accès à ces services essentiels. Et de le rappeler à leur gouvernement.


À voir en vidéo