Lettre - Souvenirs d’hiver

Il y avait quelque chose d’émouvant à voir ma mère enfiler les patins pour la première fois en 25 ans pour suivre ses petits-enfants qui apprennent à patiner. Plongeant dans ses souvenirs, elle interpella mon père : « Me semble que, dans notre temps, les parents ne venaient pas patiner avec nous. » Mon père, délaissant son plaisir de manier la rondelle, chose qu’il n’avait pas faite depuis belle lurette, lui répondit : « Dans mon temps, on n’en avait carrément pas de patins. La seule paire qu’on ait jamais eue, c’était celle du cousin Valmont, pis on était trois frères à se la partager. » Dans les yeux de mon père, aucune trace des affres de la pauvreté matérielle de sa vie paysanne, mais le souvenir ému de l’étang gelé où l’on jouait au hockey sans bâton avec une bouse de vache en guise de rondelle.