Lettre - Histoire de doublage

J’ai vu sur grand écran Life of Pi dans sa version française faite au Québec (L’histoire de Pi). Tous les personnages y sont doublés par des Québécois, à l’exception de celui interprété par Gérard Depardieu, doublé par lui-même. Ce qui signifie que le doublage français était bouclé au moment de la réalisation du québécois.


Ayant déjà à payer pour le doublage français, les majors états-uniennes acceptent de faire doubler en double leurs films au Québec à la condition que l’État leur consente de généreux crédits d’impôt. C’est dire que les Québécois paient le prix fort pour un doublage maison, alors qu’il en existe déjà un ailleurs, qui, du reste, est presque toujours supérieur au leur. Je ne dis pas, si nous retrouvions un peu du Québec dans les doublages québécois, mais c’est rarement le cas.


Il faut aussi préciser que le doublage est une activité méprisée par nombre d’acteurs québécois (le fait de ne pouvoir doubler dans sa propre langue et son propre accent y est sûrement pour quelque chose). La conséquence de ce désaveu, c’est que nous ne retrouvons pas nécessairement les meilleurs derrière le micro derrière l’écran. En outre, ce sont toujours les mêmes qui reviennent, ce qui est un autre gros problème.


Alors que le gouvernement québécois coupe à grande échelle pour assurer l’équilibre budgétaire, quelles raisons avons-nous, grand dieu, de subventionner des doublages superfétatoires ? Cet argent versé à une industrie pour ainsi dire inutile serait tellement plus utile ailleurs. Et si on tient absolument à le dépenser dans la culture, donnons-le au moins aux véritables créateurs, pardi !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Fabien Nadeau - Abonné 21 décembre 2012 08 h 13

    Non!

    Je crois au contraire que le doublage est une industrie importante qui donne du travail à de nombreux comédiens et comédiennes pour leur permettre de boucler leur fin de mois.

    Qu'on n'entende pas les vedettes surutilisées ne me dérange pas du tout. Place à la relève.

  • Daniel Côté - Inscrit 21 décembre 2012 12 h 20

    Hum...

    Je ne suis pas sûre que les Manuel Tadros, Joël Legendre et Yves Corbeil de ce monde méprisent le doublage!!!