Lettre - Les Américains, des cowboys attardés!

La remarque si souvent entendue que le droit de porter des armes et de se défendre est enchâssé dans la Constitution étatsunienne me hérisse à chaque fois. Doit-on absolument rester ancré à « l’époque bénie » de ces gens, sans foi ni loi, qui écrivaient, dans le sang, leur loi quotidienne ? Loi du plus fort, loi de celui qui écrase, loi de la nature refusant la culture.


La seule façon de vaincre ces « monstres préhistoriques », enlisés dans leur conception d’un temps révolu, serait qu’une majorité de femmes soit élue, au Sénat comme à la Chambre des représentants. Seules les femmes pourront, hors de l’idéologie masculine, traîner la masse vers une société plus évoluée sur le plan humain.


Les États-Unis sont le pays le plus riche, pour un certain temps, mais aussi, je pense, le plus violent, violence caressée comme un cercle vicieux. Cette violence les nourrit. Toute leur vie est imbibée de cette recherche maladive : les jeux vidéo, le cinéma, les sports… jusqu’à la malbouffe, synonyme d’autodestruction.


Il est loin, le chemin qui laissera entrevoir une véritable égalité entre les hommes et les femmes. Nous avons une égalité transcrite dans les textes de loi. Elle n’est pas enfouie encore dans tous nos comportements, dans les moeurs.


Femmes, vous teniez comme un étendard votre soutien-gorge dans les années 70, enfin libérées. L’humanité vous lance un autre rendez-vous : soyez des Gandhi devant l’absurde impasse de la violence.


Que l’amour et la paix triomphent de « l’hérésie » étatsunienne.


***

Philippe Roy - Gatineau, le 18 décembre 2012

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

8 commentaires
  • Sébastien Paquin - Inscrit 20 décembre 2012 03 h 50

    Allez faire un tour en Somalie, au Congo et en Colombie, après ça vous nous reparlerez du pays "le plus violent".

    • France Marcotte - Inscrite 20 décembre 2012 07 h 29

      J'espère qu'on prend note quelque part de cet amusant protectionnisme qu'on observe ici chez plusieurs commentateurs (pas trices par contre) pour le géant dans le pétrin.

      Cela fait penser à la sollicitude de l'esclave qui s'identifie complètement à son maître, confondant leurs intérêts pourtant aux antipodes.

  • Eric Collard - Inscrit 20 décembre 2012 10 h 09

    Comme vous avez raison!!!

    Et que dire des pays arabes, leur culture pacifique, les droits des femmes...vous devez vraiment les haïr ceux-là!!!

  • Michel Paillé - Abonné 20 décembre 2012 15 h 39

    Essentialisme !

    En affirmant que :

    «La seule façon de vaincre ces « monstres préhistoriques », enlisés dans leur conception d’un temps révolu, serait qu’une majorité de femmes soit élue, au Sénat comme à la Chambre des représentants. Seules les femmes pourront, hors de l’idéologie masculine, traîner la masse vers une société plus évoluée sur le plan humain»

    vous faites de l'essentialisme. Simone de Beauvoir n'a-t-elle pas démontré que l'«on ne naît pas femme : on le devient». La soumission des femmes aux hommes vient de l'éducation reçue, de la société où elle vit. Il n'y a pas d'idéologie masculine, ni féminine. Placer les femmes sur un pied d'égalité avec les hommes n'est que justice ; en soi, cela ne changera rien à l'évolution humaine.

    De Beauvoir n'a rien inventé, car Weber et Durkheim ont bien montré que les "races" et les "ethnies" supposément inférieures sont des constructions. Elles n'ont rien d'essentialistes.

  • Jacques Boulanger - Inscrit 20 décembre 2012 18 h 20

    Quel angélisme !

    La loi du plus fort sera toujours la voie dominante de l'histoire de l'humanité. Charles Darwin l'a très bien démontré. Ce n'est pas pour rien que les Américains dominent le monde. « In Guns, We Trust». La démonstration est claire pourtant.

    • J-Paul Thivierge - Abonné 21 décembre 2012 22 h 50

      Darwin n'a pas dit le plus fort . Il a dit le plus apte, le + habile, +efficace + intelligent + astucieux. Alors, les peuples qui comprendront plus vite que ce n'est pas la force qui est le plus utile en ces temps modernes, ce seraient plutôt l'inventivité et l'intelligence qui permettra de s'organiser pour être à la meilleure place au meilleur temps.

  • Edith St-Louis - Inscrite 21 décembre 2012 20 h 49

    UNE ESCALADE DE LA VIOLENCE

    Je sais, tous les américains ne sont pas des "demeurés" de la gachette ! D'ailleurs, le président Obama doit sûrement se sentir très gêné d'habiter sur la même planète qu'eux.
    Particulièrement quand un Wayne Lapierre ( tout droit sorti de son âge de pierre) digne représentant de la NRA, propose que les profs soient armés dans les écoles.
    Non mais fallait y penser...Rien de moins qu'une escalade de la violence!
    Heureusement pour lui que le ridicule ne tue pas !
    Et de grâce, épargnez-nous le "protectionnisme" américain, ils sont suffisamment "armés" pour se défendre eux-même.

    • J-Paul Thivierge - Abonné 21 décembre 2012 22 h 58

      La NRA et ses disciples sont encore 2 siècles en retard , dans le temps des cowboy du farwest alors que le boeuf est de moins en moins utile pour nourrir les humains. Que les céréales , fruits et légumes font l'affaire.
      Mais, malheureusement il y a d'autres humains un peu lent qui convertissent de la nourriture (mais) en carburant malgré le peu de rendement de ce procédé laissant mourrir de faim des milliers d'humains.