Lettre - Une xénophobie déplacée

Nous sommes tous d’accord que la question du port d’armes aux États-Unis est grotesque et que le temps est venu pour le peuple américain de faire face à ce problème majeur. Et nous espérons tous que la mort de ces enfants provoque enfin un déblocage de la situation.


Qu’une sorte de honte nationale puisse venir à bout de l’attachement américain à la fausse sécurité des armes et que l’implication des citoyens puisse contrer la pression des lobbys.


Mais on mélange souvent deux choses dans les commentaires sur les États-Unis : l’obscurantisme religieux et la croyance en Dieu, comme si les deux étaient synonymes. Et comme si, à l’opposé, l’athéisme était synonyme de sagesse.


En ridiculisant les « croyants », aux États-Unis ou ailleurs, on ne se rend pas compte que l’on porte atteinte à leurs droits et libertés. Car il bien évident que l’on doit être aussi libre de croire que de ne pas croire. Et que le respect se doit d’être réciproque.


D’autre part, le fait de dire que les États-Unis sont une « nation d’hypocrites » (lettre Regretter ou agir ?, 18 décembre 2012, Le Devoir) est aussi une forme de violence moralement inacceptable, puisqu’elle représente un jugement de l’ensemble d’un peuple, l’expression d’une xénophobie pas plus admissible que celle qui confond Allemands et nazis, islam et terrorisme ou Québec et corruption.


***

Normand Charest - Longueuil, le 18 décembre 2012

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

13 commentaires
  • André - Inscrit 20 décembre 2012 03 h 28

    Quelle xénophobie !!!!!

    On n’a pas besoin de ridiculiser ces croyants…. Ils le font si bien eux-mêmes. On ne fait que constater.
    C’est la règle du chacun pour soi, l’individualisme à son maximum. Chercher à réduire le plus possible tout support social de l’Etat, aider à enrichir les plus riches, soutenir la violence en soutenant les marchands d’armes, etc. Tout le contraire de ce que de saines valeurs religieuses devraient inspirer : compassion, solidarité, respect, empathie pour ses voisins.
    C’est clair, on n’a qu’à voir les résultats. Un peuple très croyant soutenu par des fondamentalistes, trompé par les financiers et les politiciens. Un peuple qu’on pourrait comparer à des pays musulmans du Moyen-Orient qui, eux aussi, ont mis Dieu sur un piédestal. Avec un peu moins de Dieu, les affaires de ce monde iraient beaucoup mieux…
    Le plus drôle dans cette histoire, c’est que ce peuple et ses dirigeants croient qu’il est le meilleur au monde et que les autres peuples devraient suivre son exemple. Wow… Comment peut-on appeler ça ? Les mots me manquent…
    Pour ma qualité de vie, je me réjouis souvent qu'il y ait une frontière qui nous sépare de ce pays.

    • Patrick González - Inscrit 20 décembre 2012 08 h 44

      Votre anti-américanisme vous aveugle et vous égare. Des réactions sanguines comme la vôtre sont gênantes : se réjouir de la présence de la frontière, c'est bien ça la xénophobie. Vous avez peur de ces "étrangers" du sud qui nous sont pourtant tellement proches.

    • André - Inscrit 20 décembre 2012 15 h 01

      Que de gros mots, c’est trop facile : anti-américanisme, xénophobie, réactions sanguines.
      Cette frontière nous protège de ces «clowns» que représente l’extrême-droite du parti républicain qui a une très grande influence sur les politiques intérieures américaines. Aimeriez-vous ça avoir leur discours lors de nos campagnes électorales et subir le poids de leurs politiques asociales ? Ouf… Ils sont venus prêts de faire entrer leur homme à la Maison-Blanche.
      La réalité, c’est que ce peuple est divisé, coupé en deux. Je compatis avec les américains qui subissent leurs actions politiques et je sympathise avec ceux qui les combattent à tous les jours pour avoir un monde meilleur et qui vivent d’espoir malgré qu’ils soient représentés par des leaders timorés face au pouvoir des milieux financiers. Quel courage et avec quelle ténacité, ils ont d’avoir à les affronter. Je suis de tout cœur avec eux et j’espère qu’ils réussiront à faire entendre raison à l’autre partie de ce peuple et à les suivre. A ce moment, je serai fier de ce peuple parce qu’il représente dans le monde la nation la plus influente qui peut aider à l’améliorer. On pourra alors la faire disparaître cette frontière. Remplaçons la haine de l’autre par l’amour d’autrui.
      Paix aux hommes de bonne volonté – Joyeux Noel et Bonne année

    • christian caron - Inscrit 20 décembre 2012 17 h 59

      M. Laflamme, quand avez traversé cette frontière la dernière fois? Jamais? ''Votre'' réalité Américaine semble être faite de coupures de journeaux et de reportages télé cher ami.

      La réalité est que ce peuple est coupé en deux dites vous. La nuance connait pas ummm? Allez donc faire un tour au Vermont voir si vous trouvez beaucoup d'intégristes. Et au Colorado, au Texas, Orégon... on est loin de l'Iran! Et encore... mes excuses aux Iraniens; un grand peuple qui n'a probablement pas grand chôse à voir avec les autorités en place.

  • André Chevalier - Abonné 20 décembre 2012 05 h 56

    Opposition croyance vs connaissance

    Monsieur Charest,

    Vous opposez la croyance à l'athéisme. C'est mal poser la question. L'opposition existe entre la croyance et la connaissance.

    La gestion de la chose publique doit être orientée par la connaissance et non par les croyances, quelle soient religieuses, comme l'islamisme et le christianisme, ou philosophiques comme le communisme, le libéralisme et le fascisme.

    À ce titre, la croyance et la connaissance n'ont pas le même statut. La science a préséance sur la croyance qui doit céder à la première. On doit respecter ceux qui croient dans la mesure ou leurs croyances ne sont pas en opposition avec la bonne marche de la société.

  • Gabriel Séguin - Abonné 20 décembre 2012 06 h 10

    Préjugé, pas xénophobie

    Le terme que vous devriez utiliser n'est pas "xénophobie", mais "préjugé". Il n'y a pas réellement de phobie de l'Américain, seulement parfois une certaine généralisation, incompréhension ou jugement précipité (comme qualifier le pays de "nation d'hypocrites", comme si le Canada et le Québec ne se méritaient pas l'étiquette au même titre que les États-Unis).

    Concernant les reproches dirigés envers les religieux aux États-Unis...ce que plusieurs personnes reprochent (avec raison) aux religieux extrémistes américains ne sont pas leurs croyances mais bien l'oppression qui en résulte. Les mouvements d'extrême-droite exercent un impact gravement néfaste sur l'ensemble de la société américaine, que ce soit le contrôle des armes, l'éducation, l'armée et la guerre, l'assistance sociale, l'avortement, le mariage entre conjoint(e)s de même sexe, etc. Il ne s'agit pas de préjugé que de critiquer l'influence grotesque du Tea Party et leurs semblables, mais d'opposition argumentée et justifiée. Il ne s'agit pas de porter atteinte à leur droit de croire, il s'agit de porter atteinte à l'utilisation de leurs croyances pour porter atteinte aux droits et libertés des autres.

    • Normand Charest - Inscrit 20 décembre 2012 07 h 57

      On peut voir les défauts américains sans pourtant les attribuer au peuple entier, la preuve en est le débat entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.
      Les dérives religieuses sont effectivement grotesques, nous sommes tous d'accord, mais je souhaite seulement faire la part des choses et souligner la différence entre ces extrémismes et la liberté humaine fondamentale de croire en Dieu et d'avoir des valeurs spirituelles, sans les imposer aux autres et à la société.
      Dans les deux cas, il s'agit d'une question d'éthique.

  • Jean-Charles Morin - Abonné 20 décembre 2012 07 h 40

    Confusion des genres.

    Il est clair que vous mélangez les concepts. Je ne vois vraiment pas le lien entre l'obscurantisme religieux et le désir de posséder une arme. Qu'est-ce que la xénophobie et l'hypocrisie viennent faire dans cette galère où vous nous conviez à ramer? Vous auriez besoin d'un bon dictionnaire.

    Aussi, votre tendance à généraliser (i.e. "Nous sommes tous d'accord que...") est franchement agaçante. Ce n'est pas parce que vous avez une opinion sur quelque chose que tous la partagent nécessairement. Auriez-vous par hasard le monopole du sens commun?

    • Thomas Dean Nordlum - Inscrit 20 décembre 2012 09 h 28

      C'est vrai ce que vous dites, je trouve. C'est tellement insupportable ces Canadiens qui se croient supérieurs sur le plan moral. J'ai passé 25 ans dans le Minnesota et c'était les quatre derniers ans au Québec que j'ai changé d'avis sur le contrôle des armes. Ici, c'est tellement difficile et ridicule, les lois sur les armes. Et la loi 9? Quelle farce! Personne ne la prend au sérieux (je viens de 'réussir' tout ça).

  • Michel Lebel - Abonné 20 décembre 2012 08 h 03

    M.Charest a raison.

    Je pense bien que sur le fond M. Charest a raison. Certaines pesonnes manifestent une forme de xénophobie à l'égard des Américains. Inutile de le nier. Comme bien des personnes critiquent stupidement celles qui adhèrent à une religion. Par préjugés et ignorance souvent: la religion, selon elles, serait une chose dépassée, juste bonne pour les faibles d'esprit. Bien des Québécois, dits instruits et éduqués, pensent ainsi. Voilà un succédané de la Révolution tranquille!


    Michel Lebel

    • André Le Belge - Inscrit 22 décembre 2012 14 h 17

      Le retour des fondamentalismes religieux ne vous font pas peur? Moi bien car en temps que libre-penseur je n'admettrai jamais qu'une loi religieuse m'oblige à subir la volonté des Tartuffe! On n'a qu'à considérer la puissance nuisible des religieux de tout bord alliés à ceux d'Ottawa pour se rendre compte je l'obscurantisme a encore de beaux jours...