Lettre - Laissons donc la douleur s’estomper…

Laissons donc la douleur s’estomper un peu avant de sauter aux conclusions, de faire des raccourcis et de tenter d’expliquer l’innommable en montrant du doigt le syndrome d’Asperger. S’il est vrai qu’il rend les gens qui en sont « atteints » un peu ou beaucoup hors norme, il ne mérite pas d’être associé à une telle barbarie… celle du 14 décembre 2012 à Newtown, au Connecticut.


Savez-vous, vous qui montrez du doigt l’autisme, ce que mon fils et tous les autres « Aspies » doivent affronter pour vivre dans notre société ? Pouvez-vous seulement imaginer les préjugés qu’ils doivent affronter, les difficultés quotidiennes à surmonter, dans un monde qui n’est pas à leur image, dans un monde souvent trop tonitruant pour eux, trop intense ? C’est vrai qu’ils sont différents, c’est vrai qu’ils n’ont pas beaucoup d’amis, qu’ils longent souvent les murs, qu’ils tentent de s’y fondre et qu’ils ont de drôles de manies. Vous pensez qu’ils n’ont pas d’émotions, alors qu’ils ne savent tout simplement pas les exprimer, ni souvent, les décoder chez les autres. Mais apprenez à les connaître avant de porter un jugement. Et ici, je ne parle pas seulement aux médias, mais aussi à certaines personnes qui, mises au défi de tenter d’apprivoiser la différence, vont fermer la porte de leur coeur (et de leur classe parfois) et refuser d’accueillir ces enfants.


À tous ces gens : vous ne savez pas ce que vous manquez. Nous qui les côtoyons, parents et éducateurs passionnés, avons l’immense bonheur d’accompagner et d’aimer des jeunes extrêmement attachants, brillants, lucides, sensibles qui n’ont rien à voir avec Adam Lanza.


Tenez-vous-le pour dit. Par simple respect pour toutes les personnes endeuillées et pour tous les autistes de ce monde.


***

Julie Brunelle - Le 17 décembre 2012

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Virginie Archambault - Inscrit 20 décembre 2012 09 h 33

    Absolument dans le mille!

    Bonjour Madame Brunelle!

    Non seulement je compatis mais je partage votre opinion pour des raisons bien personnelles:
    http://www.montrealgazette.com/opinion/Letter+blam
    (Le Devoir a reçu la version française de cet article mais il n'a pas été publié à ce jour).

    Peut-être qu'un jour les gens arriveront à ne pas mettre tout le monde dans le même panier...

    Virginie Archambault