Lettre - Sortie de secours

Pour avoir oeuvré quelque 32 ans dans le monde de l’éducation, je ne peux demeurer insensible aux multiples problèmes que vivent des milliers de jeunes Québécois à l’intérieur de notre réseau d’éducation.


L’un de ces problèmes découle du sort que le système scolaire doit réserver aux élèves qui vivent des difficultés d’apprentissage liées à toutes sortes de facteurs inhérents à notre société moderne, que ce soit les chambardements qui se sont opérés dans la cellule familiale traditionnelle depuis des décennies, l’évolution des techniques de communications modernes, le harcèlement sous toutes ses formes, la circulation et la consommation de drogues et d’autres facteurs nuisibles à la saine évolution de notre jeunesse.


Toutes les formules ont été essayées pour pallier les écueils rencontrés par ces jeunes en difficulté d’apprentissage, de l’isolement à l’intégration, les deux formules possédant certes leurs avantages mais aussi, hélas, leurs inconvénients.


À mon sens, nous parviendrions à offrir une sortie de secours efficace à ces jeunes si nous parvenions à créer une voie mitoyenne entre l’isolement et l’intégration, à savoir la mise sur pied de groupes de travail où ces élèves en difficulté se retrouveraient regroupés pour certaines disciplines dans lesquelles ils accusent un retard important sur les élèves réguliers et où ils seraient intégrés à ces mêmes élèves réguliers lors d’activités faisant appel à des critères touchant plus spécifiquement le développement de la personne. […]

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Henri Marineau - Inscrit 16 novembre 2012 05 h 25

    Sortie de secours (suite et fin)

    Afin de vous donner un portrait complet de mon argumentaire, j'ai cru opportun de vous transmettre la suite et le fin de mon article:

    "...Je crois qu’en agissant de la sorte, nous arriverions à faire cheminer ces jeunes à leur rythme sans nuire pour autant au rythme d’apprentissage des élèves réguliers tout en favorisant un sain épanouissement personnel à l’ensemble des jeunes du Québec, pour autant, bien sûr, que les ressources humaines et matérielles soient dégagées par les autorités gouvernementales pour mener à terme un tel projet!"

    Henri Marineau
    Québec
    Le 16 novembre 2012