Lettre - Cachez ce saint qui ne saurait voir

J’ai retenu de mes études classiques et de mes études de droit qu’il y a une telle chose que l’ignorance crasse. Pour m’en référer à des textes que notre cher maire devrait comprendre, je reprends certains extraits du Traité de droit canonique de Raoul Naz qui circonscrivent cette notion du point de vue du sujet (ratione sujecti).


« L’ignorance est invincible ou vincible. […] L’ignorance vincible est celle dont il est possible de sortir. Elle est coupable, si on a conscience de la possibilité de s’en sortir par un effort normal d’information et qu’on s’y refuse. […] La culpabilité de l’ignorance vincible a des degrés […] eu égard à l’importance de l’objet, à la condition et à la fonction de l’ignorant. […] Elle est crasse ou supine quand l’ignorant n’a rien fait pour s’informer. […] L’ignorance du fait d’autrui notoire, ou des faits connus à raison des fonctions qu’on exerce, doit être prouvée, car l’information est trop naturelle et trop facile pour ne pas être présumée. »


Pour les motifs énoncés ci-dessus, monsieur Tremblay devrait abandonner ses sempiternelles déclarations d’ignorance et, par respect pour les citoyens, envisager de démissionner à la première date qui permettrait d’éviter la tenue d’une élection avant terme.


Pour leur part, les membres du conseil, quelles que soient leurs appartenances politiques, devraient, après une telle démission et par pitié pour les Montréalais, choisir un maire par intérim. La personne qu’ils désigneront alors devrait en être une qui, tout en faisant preuve de rigueur dans la gestion des affaires de la Ville, ne provoquera pas de disputes inutiles et fera en sorte d’instaurer une trêve raisonnable jusqu’au scrutin de novembre 2013. Les édiles auront plus tard, dans le cadre de la prochaine campagne électorale municipale, l’occasion de présenter leur programme respectif et d’en débattre à loisir.


***
 

Michel Bessette - Montréal, le 2 octobre 2012

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.