Lettre - Je me souviens de l’autre 11-Septembre

Ces jours-ci, on parlera de l’écrasement des tours du World Trade Center à New York, dont le bilan en pertes humaines s’élève à plus de 3000 morts.

Mais les médias nous rappelleront-ils le 11 septembre 1973, journée du coup d’État du général Pinochet au Chili, au bilan humain tragique : plus de 3000 morts, des milliers de personnes disparues, mortes sous la torture, des centaines de milliers d’arrestations, un million d’exilés.


La fin d’une expérience de libération économique et politique d’un peuple, la voie pacifique vers le socialisme, sous la présidence du docteur socialiste Salvador Allende.


Le premier d’une série de coups d’État orchestrés à Washington par la CIA et ses protégés, les compagnies transnationales, pour mater les peuples d’Amérique latine.


Cultivons notre mémoire.

6 commentaires
  • Pascal Jacquinot - Inscrit 10 septembre 2012 00 h 45

    Coup d'état orchestré par la CIA

    Mon Dieu ! Mais alors, les gouvernement des USA seraient donc capables de tremper dans des conspirations ?

  • Françoise Breault - Abonnée 10 septembre 2012 09 h 32

    Pour d'autres coups d'état organisés par la CIA

    Pour en savoir plus sur d'autres coup d'état organisés par la CIA, lire Les guerres scélérates de William Blum. Passionnant! Vous comprendrez bien des choses...et ne verrez plus les États-Unis comme les défenseurs de la démocratie....

    • Marc Collin - Inscrit 12 septembre 2012 16 h 21

      il y a encore des gens qui les croit défenseur?

  • Céline A. Massicotte - Inscrite 10 septembre 2012 09 h 51

    L'occident règne en maître...

    Entendre l'occident du nord, ce qui inclut une perfide et hypocrite guerre à la drogque...

    Il y a eu le Chili, bien sûr, mais aussi l'Iraq et l'Afghanistant où on observera bientôt le ressac d'interventions bidons non justifiées, au prix de... combien de morts locaux? Et les famines récurentes, le manque d'eau potable, toutes choses le plus souvent causées par des politiques protectionistes au profit de l'occident.

    Et il y a eu Bhopal, le 3 décembre 2004. Ma mère étant décédée dans des circonstances dramatiques le 6, ceci effaça cela de ma mémoire, mais plusieurs années plus tard c'est un documentaire qui l'y ramènena. Cette catastrophe indistruelles au Pradesh (Inde) fit 3,500 morts la première nuit et, selon un journaliste du Washington Post, ... au total, entre autres à causes des vapeurs toxiques qui se sont répandu dans les bidonvilles voisins, etc. Ça fait un peu penser à Hiroshima et Nagasaki, mais on n'érait pas en période de guerre.

    Union Carbide Corporation a été poursuivie pour négligence entre autres, car des problèmes avaient déjà été détectés, mais cela n'a rien donné j'usqu'ici, que des broutilles. En 2011 il y a eu des manifestations au Pradesh marquant cet événement et ses suites, mais qui en a entendu parlé, qui connaît Bhopal?

    Y a pas à dire, tous les morts n'ont pas n'on pas le même poids... Deux poids deux mesures, c'est le cas de le dire! Cela explique peut-être l'infini patience de l'occident face à ce qui se passe en Syrie, et que c'est de la faute à la Russie et la Chine qui s'opposaient pourtant à l'intervention en Lybie, qui a eu lieu. Cela explique-t-il aussi pourquoi selon Merkel et Harper l'Iran serait... si dangereux?

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 10 septembre 2012 10 h 20

      Bon, je vais me répondre à moi même: pour combler un OUBLI après avor été aux sources:

      3,500 morts la première nuit, entre 20 et 25,00 au total.

  • Pierre Rousseau - Abonné 10 septembre 2012 12 h 12

    L'héritage de la dictature

    Effectivement, la dictature de Pinochet avait été orchestrée par les ÉU, tout comme bien d'autres en Amérique latine. Mais ce qu'on oublie c'est que depuis la fin de cette dictature au Chili, la situation des peuples autochtones ne s'est pas améliorée et les Mapuche sont victimes encore aujourd'hui de la loi « anti-terroriste » qui avait été passée par la dictature. Ils revendiquent leurs droits à être consultés et à consentir au développement de leurs territoires, comme le prévoit la Déclaration des NU sur les peuples autochtones mais l'état chilien répond par la loi anti-terroriste et bien des leaders mapuche ont été incarcérés pour avoir commis le crime de revendiquer les droits de leur peuple. Il faut préciser qu'une grande partie de leur territoire a été concédée à des grands propriétaires fonciers non-autochtones pendant la dictature.

    Le Chili étant revenu à la démocratie il est déplorable que les gouvernements passés, en particulier celui de la sociale-démocrate Mme Bachelet et celui de droite du président actuel, M. Piñera, n'aient pas révoqué cette loi pour la remplacer par une loi plus respectueuse des droits civils.