Lettre - Une milice clandestine

Un futur gouvernement caquiste s’apprêterait à charcuter Hydro-Québec sur la base d’un rapport non officiel fait par des bénévoles non identifiés proches de M. Legault. De son côté, M. Duchesneau a établi une partie de son témoignage à la commission Charbonneau sur la base d’une enquête personnelle, bénévole et non autorisée.
 
Ne doit-on pas s’inquiéter de ce qu’un parti s’apprête à gouverner la province en s’appuyant sur des rapports apocryphes, établis à partir d’une méthodologie inconnue, à l’aide d’on ne sait quelles données et, dans le cas d’Hydro, par des inconnus ?
 
Aucun gouvernement ou parti, quel qu’il soit, ne peut et ne doit accepter que des milices parallèles non autorisées ou des justiciers autodéclarés fassent le travail qui incombe au pouvoir en place.
 
Aucun électeur ne devrait accorder sa confiance à un parti souhaitant gouverner sur la base de rapports clandestins.
 
M. Legault se targue de ne pas être redevable à des groupes de pression. On peut se demander, à la lumière de ses sources inconnues, à qui il est redevable.
 

***

Jean-Pierre Charest - Le 30 août 2012

À voir en vidéo