Lettre - Propos racistes du maire de Saguenay

Je me cacherais, si je m’appelais Tremblay, de peur qu’on me prenne pour un parent du Jean que l’on sait, le pourfendeur de gens comme cette pauvre Djamila Benhabib, dont j’aime prononcer le beau nom que le bigot du Saguenay prétend ne pas arriver à articuler. Y en a-t-il beaucoup, de ces Jean-là ? Quel mépris, quelle petitesse… Quand on pense que le Christ est mort pour ces gens-là aussi…

On fera remarquer à l’inquisiteur de Chicoutimi que personne, depuis des mois, n’arrive encore à prononcer le nom pourtant tout à fait québécois, au sens restreint de francophone de souche, le nom, dis-je, de Léo Blureau-Bouin, pardon, Léo Bloureau-Bin, Loé Burin-Blu, ah et puis zut, bref Léo, comme disait la ministre Courchesne de peur de bafouiller. 
 
Si j’étais Djamila Benhabib, je serais immensément blessée et je garderais le silence comme elle le fait avec une dignité qui lui fait honneur. Mais après les élections, je poursuivrais le maire de Saguenay pour propos racistes. Il a mis ses culottes, a estimé un plouc interviewé dans la rue. Eh bien, il faudrait les lui baisser maintenant, pour la fessée. De ces gens-là, je veux dire ceux de la trempe de Torquemada Tremblay, n’en disons pas davantage, par charité chrétienne.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Chantal Mino - Inscrite 18 août 2012 06 h 50

    Merci M. Hébert ! Vous avez l'humour pour le dire

    Cela fait quand même du bien et change de toute cette agressivité d'un côté comme de l'autre.

    Quoique je comprenne l'inquiétude de M. Jean Tremblay, cette peur de perdre ses racines, nos racines, qui effectivement sont en train de s'effriter, je comprends mal ses propos qui renie une bonne partie de ma belle communauté à Montréal-Nord où nombre d'immigrants de différents pays y sont une source intarissable d'exemplarité pour parvenir à une meilleure société québécoise,mis à part l'ignorance et la peur de la différence.

    Il est vrai cependant que personne ne se lève pour dénoncer le fait qu'on nous enlève la mémoire de notre histoire qui a pourtant construit notre société québécoise,non seulement nos origines catholiques,mais aussi les origines mêmes du Québec, de Québec Kebek. Hé oui! Comme le nom de cette belle ville de Québec ou de Chicoutimi avec leur racine amérindienne qui ont été modifié lors des fusions et qui rappelait la source même de nos débuts en ces terres. Ces noms qui faisaient honneur tout en rappelant la mémoire de peuples amérindiens qui sont toujours présents,en péril bien plus qu'autrement,et qu'on ignore bien souvent. Cette communauté qui est intrinsèque à la nôtre et que nous nous devons de respecter et d'aider. Kebec étant un mot algonquin signifiant «là où le fleuve se rétrécit» et le mot Chicoutimi vient des deux mots montagnais tcheko (enfin),timi (profond) signifiant «les eaux sont profondes comparées aux autres rivières».

    Toutefois,je ne crois pas que le fait d'exprimer ses inquiétudes face à la perte de ses racines,de sa culture et de sa façon de vivre et qui serait imposée par des personnes athées ou d'autres origines que québécoise mérite une poursuite. Sortis de leur contexte,je trouve ridicule qu'on traduise des mots pour en faire de la xénophobie au lieu de comprendre l'inquiétude exprimée et de rassurer nombre de Québécoi(se)s tout aussi inquiet(ète)s.

    • Hélène Paulette - Abonnée 19 août 2012 13 h 35

      Parlant d'histoire, on pourrait faire celle de la laicité avec Louis-Joseph Papineau (et plus tard Wilfrid Laurier) réclamant la séparation de l'État et de l'Église....

  • Sébastien Arcand - Abonné 18 août 2012 11 h 21

    Excellent texte

    Bravo! C'est vous qui avez le courage Monsieur Hébert, pas ce petit maire qui ne mérite pas de représenter les gens du Saguenay et surtout qui fait honte à tous les Québécois et Québécoises, et de toutes origines, je tiens à préciser.

  • Marc Bergeron - Inscrit 19 août 2012 10 h 27

    Bravo!

    Attendez on a rien vue parce que le clergé à trouver une façon de survivre en transférant aux municipalités les édifices et en concervant les droits alors au total nous allons payer pour les entretiens du patrimoine sans en disposer à notre guise. NOus avons payer et le propriété est au clergé la pire escroquerie et maintenant on cherche à nous filés la facture. Arnaque déjà commencé. C'esdt ce que Le maire défend.....