Lettre - Le passé garant de l’avenir

Maintenant que les journalistes ont découvert le pot aux roses, la ministre Courchesne mandate sa sous-ministre pour fouiller le dossier de la vente d’un terrain à la Fondation Catania. Après avoir parlé de pétard mouillé, elle a besoin d’une enquête pour savoir. Tiens donc !

Quand elle dit : « Je ne veux rien savoir de ceux qui financent le parti. C’est-tu clair ? », on peut se demander qu’est-ce qu’elle ne veut pas savoir au juste. Elle veut bien signer des ententes avec eux, mais après, elle ne veut rien savoir. Tiens donc ! Est-ce de l’aveuglement ?


Et Jean Charest qui en rajoute en disant : « Si le passé est garant de l’avenir… » Oups ! C’était justement ce qu’il ne fallait pas dire, dans le cas de son gouvernement. Quel culot ! Oui, le passé est garant de l’avenir. On a tous bien compris.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.