Lettre - Engagé, généreux et solidaire

Je suis surpris mais pas inquiet de ton retrait de l’arène sociale, pour le moment. Tu nous as allumés et interpellés, nous, un grand nombre de baby-boomers confortablement endormis sur le lit de nos indifférences. Tu as suscité nombre de nouveaux engagements de tes contemporains, à plusieurs niveaux, ne serait-ce que de participer aux manifestations ou aux concerts des casseroles, ici dans mon humble village… anglophone par surcroît.


Pendant un certain temps, avant la loi 78 (maintenant 12), j’avais l’impression que tu étais avec toute ton équipe l’opposition officieuse au gouvernement en place. Et voilà la source de leur hargne et du déni constants dont ils t’ont affublé. Plus encore, ils ne se sont pas gênés pour te cibler comme adversaire à abattre jusqu’à penser une élection sur le dos bien large de ce Gabriel Nadeau-Dubois.


Une idée toute seule ne va pas loin. Il lui faut un porte-étendard crédible, engagé, généreux, solidaire pour la véhiculer, l’incarner. Tu étais et tu es encore, le logo de ce carré rouge, porteur d’espoir pour tous les Québécois, tu es le vrai leader de ce printemps érable, au Québec. Tu es la métaphore de cette nouvelle jeunesse engagée, ouverte au monde et dont l’action s’inspire du bien commun. Tu es ce rappel du René Lévesque des temps modernes qui nous manque tant.


De nombreux jeunes et moins jeunes marchent déjà dans tes pas. Quelque part, sur la ligne du temps, nous saurons te rejoindre dans cette voie nouvelle que tu nous as dessinée. Et mes 67 ans m’assurent qu’il pourrait en être ainsi. Merci, Gabriel Nadeau-Dubois pour qui tu es pour nous. […]


***
 

Charles Labrie - Bury, le 9 août 2012

4 commentaires
  • Roland Guerre - Inscrit 10 août 2012 02 h 05

    Elixir

    Gabriel Nadeau - Dubois a le privilège - rare - de nous rendre notre jeunesse, de ressusciter les combats auxquels nous avons pris notre part. Son approche mobilisera progressivement les citoyens. Son passage de témoin oblige ses adversaires à rendre les armes, à modifier l'image (qu'ils se sont efforcés de salir, pendant des mois), à réviser (l'approche de la rentrée encourage ce mouvement) leur lecture du printemps érable, à mesurer la profondeur de la crise qui secoue le Québec.

  • Alain Lirette - Inscrit 10 août 2012 03 h 01

    Nouvelle jeunesse engagée!?

    Quand vous parlez de nouvelle jeunesse engagée, faites-vous allusion à celle qui ne vote pas, préférant crier et frapper sur des casseroles, le tout fait entre deux tweets? Non merci! Et j'apprécie autant l'arrivée de Léo qui s'engage, que du départ de Gabriel qui dégage. Les deux semblent avoir compris, pour le meilleur...

  • Chantal Mino - Inscrite 10 août 2012 08 h 20

    Bel hommage à M. Gabriel Nadeau-Dubois M. Labrie !

    Nous rejoignons déjà M. Nadeau-Dubois en osant nous affirmer en grand nombre de plus en plus haut et fort et à travers les médias et c'est un plaisir que de voir ce constat solidaire pour le bine commun de tou(te0s les Québécoi(se)s.

    La prochaine réunion pacifique se fera le 22 août 2012 afin de montrer à nos candidats en élection qu'un automne québécois est à prévoir si le 1%, leurs larbins et leurs tits amis persistent à démolir nos acquis et à s'enrichir sur notre dos impunément.

    On le voit ce que cela donne des sanctions monétaires aux individus et aux organisations afin qu'ils respectent une loi avec cette Loi 12 anti-constitutionnelle du PLQ. Personne ne peut se permttre d'outrepasser cette loi individuellement, en personne ou comme association sans risquer la faillite, alors pourquoi aucune loi n'a la même emprise pour obliger nos dirigeants à respecter leurs fonctions, nos lois, nos règlements et leurs missions premières qui est d'être au service de l'ensemble des citoyen(ne)s québécoi(se)s et non d'une clique de 1%, de leurs larbins et de leurs tits amis, mafieux s'il s'en faut.

  • Solange Bolduc - Abonnée 10 août 2012 11 h 54

    Serait-il devenu notre Muse à tous !

    Tant d'inspiration ne peut naître de rien !:

    Il est, il était et sera !

    Merci monsieur de l'avoir si bien saisi !