Lettre - Pour une cause noble

L’annonce de la démission de Gabriel Nadeau-Dubois ne doit pas être perçue comme un échec. Ce jeune homme aura prouvé, hors de tout doute, qu’il était plus gagnant de s’impliquer dans une grève étudiante comme chef d’une association étudiante que de s’écraser dans les insignifiantes ailes jeunesse des partis matures qui limitent, éteignent et contrôlent au compte-gouttes les jeunes. N’oublions jamais que ces ailes jeunesse n’existent que par pure politesse, cela, sans pouvoir décisionnel. Les propos savamment alambiqués de Nadeau-Dubois, tout au long de ses interviews, auront réussi à cibler un néolibéralisme au sein du PLQ ainsi qu’à faire bouger des ministres, ma foi, titubants. Rarement, dans nos annales, aurons-nous vu un jeune éveiller et polariser la conscience populaire de la population pour une cause noble, cela, sans budget douteux. L’avenir politique des jeunes passera dorénavant par un engagement indépendant loin des partis connus afin de trouver les projecteurs médiatiques. C’est fini le temps des coulisses des partis riches et matures qui ne nourrissent que les bien nantis.


***
 

Michel Beaumont - Québec, le 9 août 2012

2 commentaires
  • Roland Guerre - Inscrit 10 août 2012 01 h 58

    Vers un renouvellement

    Le tableau, que nous observons depuis l'éclosion du printemps érable, souligne la coupure de la sociéré, le rejet - dans la pratique - de la jeunesse étudiante par les principales forces politiques. La Classe, avec Gabriel Nadeau - Dubois et ses camarades, a proposé une nouvelle approche, défini les principaux problèmes du Québec, classé ses doléances et ses solutions. Elle apportera le renouvellement du personnel politique, du traitement des problèmes ; elle maîtresera la transition ouverte et définira une nouvelle Charte.

  • Chantal Mino - Inscrite 10 août 2012 08 h 38

    Bien dit M. Beaumont !

    «C’est fini le temps des coulisses des partis riches et matures qui ne nourrissent que les bien nantis.»

    Passons notre message de façon concrète et solidaire ce 22 août 2012 et ce, en marchant tous ensemble dans les rues qui sont les nôtres.