Merci Monsieur Charest

Monsieur Charest,
 
Je désire saisir l’occasion du déclenchement des élections pour vous remercier pour les grandes réalisations de votre dernier mandat.
 
Vous avez tout d’abord réussi l’inespéré : sortir une très grande partie du peuple québécois de sa torpeur et son cynisme, et ce, par votre seule obstination par rapport aux revendications étudiantes.
 
Les deux mains enfin sur le volant, merci de nous avoir conduit vers votre grande vision du Québec : vente de nos ressources au rabais, corruption, multiples scandales, mauvaise gestion des finances, fausses promesses, mépris de la jeunesse et, pire que tout, mépris de l’essence même de la démocratie. Quand vous associez le pouvoir de la rue au chaos et à la violence, vous vous montrez indigne de ce pouvoir que les Québécois vous ont confié. Vous vous montrez indigne de ce peuple pacifique et tranquille, indigne de ses aspirations nobles, indigne de son humanisme.
 
Merci aussi pour votre honnêteté. Ces derniers mois, vous nous avez enfin montré, sans aucune retenue, votre vrai visage, celui d’un être machiavélique qui cherche, ouvertement et avec un simplisme choquant, à diviser pour mieux régner. J’ignore quel est votre pari stratégique, mais je devine la bienveillance paternelle d’un chef qui protège son peuple derrière l’écran de fumée (lacrymogène), l’empêchant de voir l’avancée des vraies priorités de son gouvernement. Priorités que son bon peuple pourrait probablement mal saisir, si elles lui étaient exposées clairement…
 
Finalement, je vous remercie infiniment de nous avoir rappelé à quel point la prochaine élection sera cruciale pour l’avenir du Québec. En effet, je le crois aussi, elle déterminera dans quelle sorte de société nous désirons vivre : le pouvoir de la rue ou le pouvoir des lobbys.
 
Cher M. Charest, votre vision de la politique a tiré grand profit de la démobilisation et du cynisme, qu’elle a grandement nourris en servant les intérêts du capital plutôt que ceux du peuple. Mais la jeunesse québécoise nous a ranimés. Et ce carré rouge, que vous avez tenté de piétiner, s’élèvera en étendard de nos consciences, symbole fondateur du Québec de demain.
 
Merci !

***
 
Tania Kontoyanni - Montréal, le 1er août 2012

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • Jacques Dumont - Inscrit 3 août 2012 06 h 04

    Une note de10

    excellent résumé!

  • Michel Beaumont - Inscrit 3 août 2012 07 h 05

    Écrit en duo ?

    Mme Kontoyanni,

    Votre commentaire relate, en effet, une très grande partie de l'image et le trvail de Jean Charest. Cependant, il a été généreux pour bien des villes, notamment pour son idole, le maire Labeaume ( maire de votre lieu de naissance, je crois ! ), qui tire les ficelles comme un castelier professionnel.

    Étant un indépendantiste de la première heure, je doute que, fort malheuresement et tristement, les Québécois fassent un jour l'indépendance tant souhaitée. Ce peuple n'a qu'une mémoire de 6 mois, pis encore. Beaucoup votent pour une image ou un slogan fabriqués de toute pièce par une agence de publicité, mais jamais ne votent pour un bon bulletin de réalisations.

    Ce peuple est trop mou et trop passif, peu de gens ne connaissent leur histoireJe doute que les élections prochaines nous apportent un gouvernement libéral minoritaire. Le PQ n'est qu'une transition vers l'indépendance et la majorité des gens ont peur et voteront PLQ. Voilà la triste réalité.

    Tout comme je doute que vous avez écrit ce texte seule sans l'aide d'un compagnon de vie actif artistiquement et socialement.

    Cela n'empêche pas que vous avez raison à 75%.

    Amicalement
    Michel Beaumont, Québec

    • Charles Beauchesne Armstrong - Inscrit 3 août 2012 10 h 52

      Les derniers mois ont quand même démontré une forte tendance pour ce peuple à devenir moins mou et passif.

    • Jean Custeau - Inscrit 3 août 2012 18 h 41

      Monsieur Beaumont,

      J'ai trouvé le texte de Madame Kontoyanni fort pertinent, très juste et très à propos.

      Votre pessimisme envers notre peuple me chagrine beaucoup. Je partage avec vous l'opinion que la connaissance de notre histoire représente une réelle lacune, mais l'histoire est loin d'être terminée...

      Je suis également d'accord avec vous que le vote des Québécois peut être volatil. Cependant, nous n'avons même pas cinq cents ans d'histoire et nous avons fait un grand bout de chemin depuis la fin de la grande Noirceur et le début de la révolution tranquille. Nous pouvons être fiers même si nous ne sommes pas encore assez parfaits pour vous.

      Je suis très fier de ce peuple pacifique avec le "coeur à la bonne place". Ce peuple saura bien se faire son petit pays même si nous ne sommes pas là pour le voir.

      En terminant, vous m'avez choqué au plus haut point par votre conclusion mesquine. Que Madame Kontoyanni ait reçu de l'aide pour la rédaction de son texte, pouvez-vous me dire ce qu'il y aurait de mal à cela même si s'était vrai?

      Comment avez-vous fait pour établir qu'elle a raison à 75%?

  • Solange Bolduc - Inscrite 3 août 2012 12 h 35

    Quel bon texte !

    Texte tellement bien senti qu'il fait à l'émotion vive qu'il suscite, et c'est bien écrit!

    Un feu de bois qui ranime l'espoir !

    Merci !!

  • Dominique Parisé - Inscrit 3 août 2012 13 h 23

    Bravo Tania !!!

    Et combien vous avez raison... d'ailleurs le sondange qui donnait raison à 67 % à M. Charest concernant la loi 78 montre bien que la conscience sociale des québécois dort très profondément !!!!

    Ils préfèrent leur petit confort (hypothèque, auto, voyage dans le Sud, etc.) plutôt que de se prendre en mains... Nous avons des "talents à revendre" à la tonne (dans tous les domaines, pas juste des talents artistiques), nous sommes innovateurs, créatifs, mais les québécois préfèrent s'assoir et demeurer convaincus que "l'on est né pour un petit pain" - pas tous heureusement et merci à notre jeunesse de les brasser.
    ¨
    Ça me fait un grand bien de vous lire cependant ET de constater comment notre jeunesse est actualisée, engagée, réaliste face à notre situation actuelle !!! BRAVO !!!!

  • Jean Custeau - Inscrit 3 août 2012 18 h 29

    Chère Madame Kontoyanni

    Quel commentaire comme plusieurs de nous aurait voulu l'écrire. Vous nous présentez un portrait hyper réaliste de ce John James Charest, arrogant prétentieux qui s'est fait payer deux millions de dollars par Desmarais et consorts pour abandonner le rêve que son petit papa lui avait insufflé : devenir premier ministre de ce grand Canada. Il a accepté ce cadeau des possédants avec, en contrepartie, le mandat de venir au Québec nous "mâter".

    Cependant, Comme vous le dites si bien, le carré rouge va lui rebondir en pleine gueule et il regrettera amèrement cette couleur, supposément représentative des libéraux.

    Merci encore de vos propos.