Lettre - Plus d’inquiétudes, moins d’argent!

Les premiers jours du mois sont toujours des journées très attendues par bon nombre de personnes sans emploi au Québec. Or, ce premier jour du mois d’août en sera un d’angoisse, d’inquiétudes et de stress pour ces personnes. En plus de vivre le stress quotidien d’une prestation trop basse, les personnes assistées sociales ont reçu, en juin dernier, une correspondance provenant du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale leur annonçant la fin de l’entente entre ce ministère et Postes Canada portant sur la garantie de livraison des chèques d’aide sociale le premier jour de chaque mois. Le MESS tente de rassurer les gens, mais on peut comprendre l’inquiétude troublante qu’engendre ce genre de nouvelles : leur survie en dépend.

Mettons-nous un instant à la place de ces personnes. Rappelons-nous que pour plusieurs d’entre elles, ce n’est plus les fins de mois qui sont difficiles, mais bien la moitié du mois ou, même, les trois dernières semaines. Avec une prestation de 589 $ et des logements de plus en plus exorbitants, nul besoin de faire des calculs pendant des heures. Un indécent déficit les guette à chaque jour du calendrier qui passe.
 
Mais le ministère nous rassure : aucun retard ne devrait survenir dans les zones urbaines. Peut-être en milieu rural. Le ministère surveille la situation et s’il y a des conséquences, il devrait se réajuster. On nous rassure.

Pendant ce temps, les personnes assistées sociales doivent vivre avec le doute et devront subir les conséquences si elles sont dans l’incapacité de fournir le paiement du loyer le premier jour du mois.

***
 
Marie-Ève Duchesne - Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ), Montréal, le 31 juillet 2012

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Gaston Carmichael - Inscrit 2 août 2012 17 h 09

    Dépôt direct?

    Le dépôt direct ne serait-il pas une solution à ce problème?

    • Maxime Boucher - Abonné 3 août 2012 10 h 10

      Une bonne partie d'entre eux ne sont pas élligibles pour s'ouvrir un compte bancaire, d'autant plus que cela coûte des frais et qu'avec moins de 600$ par mois, il est impossible d'avoir de l'argent de côté pour cela. Dès la réception du chèque, il faut payer le loyer ( d'ailleurs, comment faire si le chèque arrive plus tard que le 1er du mois?), la nourriture, l'électricité...il ne reste plus grand chose après ces premiers paiements.

      D'ailleurs, ce montant n'est possible que si vous habitez seul, car si vous cohabitez, la prestation est réduite à moins de 500$.

      Bref, un compte bancaire demande de la stabilité financière, au niveau du logement ( avoir une adresse fixe), etc. Quand une personne demande à avoir des prestations d'aide sociale, il est rare qu'elle soit stable dans sa vie et dans ses finances personnelles.