Lettre - Victoire collatérale

Au nombre des dommages collatéraux causés par les offensives malsaines du Parti libéral du Québec, on peut compter le discrédit jeté à la face des policiers, le doute sur l’intégrité des juges, l’honnêteté biaisée des maisons de sondages et même, mardi, la crédibilité des météorologues. Coudonc ! Ont-ils fait exprès pour nous assurer qu’il y aura des orages tout l’après-midi au-dessus des manifestations à Montréal ?

Mais il y a aussi une victoire collatérale inattendue.


Avec toutes ces soirées animées aux chaudrons et cuillères, ces manifestations improvisées dans les différents coins de la ville, il souffle un vent de fraîcheur dans les rues de Montréal : les voisins se voient. On associe des visages, souvent entrevus mais jamais remarqués, à des événements communautaires importants pour tous. Le lien vient de se faire entre la maison, le quartier, la politique locale, la politique nationale et la politique internationale.


Désormais, les gens vont se saluer, se parler. Maintenant, mine de rien, s’amorcent entre voisins des rencontres, des discussions, des veillées sur les perrons et sur les balcons de Montréal. Le voisinage sera de moins en moins étranger. Ça, c’est une vraie de vraie victoire politique !


Il faut répéter ce tapage sympathique, éventuellement sous d’autres formes, jusqu’à ce que le territoire soit entièrement occupé par des voisins qui se reconnaissent, se parlent, se fréquentent au hasard des jours et se connaissent au fil des ans. C’est comme ça qu’on habite un lieu, c’est comme ça que nous devenons citoyens.


J’ai le coeur gonflé de joie.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 24 mai 2012 09 h 11

    Douche froide

    Les révolutionnaires du Plateau, l'avant garde ouvrière de la social-démocratie de papa, devraient peut-être battre leurs casseroles dans les rues du 450, on verra si la belle solidarité évoquée tient le coup. Mais attention aux poubelles...qui pourraient bien remplacer les casseroles.

    • Philippe Landry - Inscrit 24 mai 2012 13 h 53

      Vous savez, beaucoup d'étudiants Montréalais proviennent des régions et contribuent de manière exceptionnelle à la vitalité sociale et culturelle de la métropole.

  • Pierre Bellefeuille - Inscrit 24 mai 2012 11 h 57

    Un vent de fraîcheur!

    Ça fait du bien de constater ces rapprochements. Maintenant, j’espère que les gens voteront tous massivement de scrutin pour contre le gouvernement Charest aux prochaines élections.

    Alors, gardons les casseroles bien chaudes et bruyantes!

  • Elie Charest - Inscrit 24 mai 2012 13 h 06

    La démocratie en marche

    M. Saint-Cyr, vous vous méprenez en qualifiant les tapeurs de casseroles de "révolutionnaires du Plateau" et autre quolibets qui montrent bien que vous êtes resté coincé au 20e siècle. Les manifs spontanées sont apparues dans des dizaines de quartiers, y compris Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont, Villeray (pour ne pas parler de Sherbrooke, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Eustache, Saint-Jérôme, Saint-Agathe-des-Monts...)

    Votre mépris sonne creux, mesquin. Je sais qu'il ne faut pas s'attendre à une vision éclairée ou une grandeur d'âme de la part de quelqu'un qui s'inscrit en porte-à-faux de l'histoire de façon aussi flagrante, mais on aurait tout-de-même aprrécié une petite gêne - après tout, nos pères et grand-pères ont risqué leurs vies pour défendre la démocratie outre-mer, cette démocratie que vous tentez de dénigrer aujourd'hui (sans grand succès, dieu merci).

    Si la grogne populaire continue (53% de la population juge la loi 78 trop sévère, et 73% croient qu'elle ne ramènera pas la paix sociale) et que cela vous déplaît, je vous invite à signifier votre désaccord en tapant vous-même sur vos propres casseroles. Vous n'aurez qu'à frapper à contre-temps pour qu'on vous reconnaisse...

  • Yves Claudé - Inscrit 24 mai 2012 13 h 29

    Le mouvement d’un peuple indigné !


    Avec la montée d’une résistance populaire contre le gouvernement Charest et tout ce qu’il représente, ce n’est plus seulement un “mouvement des indignés”, mais le mouvement d’un peuple indigné qui se manifeste dans les quarties, les villes et villages de la nation québécoise !

    Yves Claudé