Lettre - Services unilingues anglophones ?

Une personne âgée de LaSalle a été contrainte récemment de quitter la ressource intermédiaire où elle était hébergée parce qu’elle n’arrivait pas à recevoir des services en français.

Les ressources intermédiaires, comme le Pavillon LaSalle, sont des entreprises privées sous-traitantes du secteur public.


On connaissait déjà certains effets négatifs concrets de la privatisation des services publics. Ainsi, une recherche menée par Margaret McGregor et Lisa Ronald, de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP, 2011), a démontré qu’il y a davantage de chances d’avoir des services de moins bonne qualité dans les établissements privés de soins aux aînés que dans les établissements publics.


Mais on ne se doutait peut-être pas que la privatisation nierait, en plus, le droit des citoyens québécois à avoir des services en français dans le réseau de la santé et des services sociaux. En effet, les contraintes concernant les services en français sont moindres dans le secteur privé que dans un établissement public.


Il est inacceptable que des aînés en perte d’autonomie ne reçoivent pas des services dans leur langue, le français, au Québec en 2012, en particulier dans une ressource liée contractuellement à un établissement public.


***
 

Jacques Fournier - Montréal, le 13 mai 2012

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 15 mai 2012 10 h 40

    Quoi, des unilingues anglophones?

    Il en reste encore? Et tous ces gens qui trouvent que la loi 101 a fonctionné et qu'il faut l'adoucir, qu'est-ce qu'ils disent de tout ça?