Lettre - Déménagement à Ottawa d’un trésor québécois

Que restera-t-il dans 300, 400 ans pour témoigner des temps que nous vivons ? Les carrés rouges auront disparu, les balles de plastique seront peut-être encore là, les vieux journaux aussi. Nous possédons au Québec des artefacts qui nous parlent de nos ancêtres, de leur vie ; ils sont des témoins d’époques et d’épopées antérieures. Sans eux peut-être que de grands pans de notre histoire tomberaient dans l’oubli.

Avec ses coupures ignobles, le gouvernement Harper oblige la fermeture du laboratoire québécois de Parcs Canada, dont la mission était de préserver pour nous, de rendre compréhensibles des milliers d’objets témoins de notre passé, découverts dans des sites de fouilles archéologiques sous la protection de Parcs Canada par exemple au Fort de Chambly, à la maison de Louis-Joseph Papineau, à celle de Monseigneur de Laval, aux installations de Champlain au cap Tourmente, au Château Saint-Louis, au parc Forillon, etc.


Ces artefacts sont actuellement en entrepôts à Québec, sans personne pour en prendre soin localement. Ils seront bientôt déménagés dans un entrepôt à Ottawa si personne n’intervient pour les garder au Québec, près de l’endroit de leur découverte, là où ils trouvent leur sens.


Il faut de toute urgence signifier notre volonté de conserver et de restaurer ici, au Québec, ces objets qui nous parlent de notre histoire. Se pourrait-il que le gouvernement du Québec, par son ministère de la Culture, prenne en charge ces accessoires de la vie de nos ancêtres pour les préserver de l’oubli et de la ruine dans un entrepôt d’Ottawa ?


 

À voir en vidéo