Lettres - Ce n'est pas rien

Vendredi dernier, je me suis fait arrêter comme 17 autres camarades devant le Palais des congrès. Nous étions venus manifester contre le Plan Nord, qui non seulement contribue à la destruction de notre planète et bafoue les droits fondamentaux des populations autochtones, mais rend aussi légal le pillage de nos ressources naturelles par des compagnies privées et étrangères. Nous étions en colère, mais d'une colère réfléchie.

Lors de mon arrestation, j'étais assis, exerçant avec détermination mon droit à manifester. Des policiers m'ont demandé de me déplacer, je n'ai pas cédé, ils m'ont menotté. Je me retrouve accusé d'entrave à un agent de la paix et participation à une émeute.

Pendant 30 heures, nous avons été détenus six par cellule, à dormir par terre sur le béton, à avoir froid, à être en permanence éclairés par la lumière de néons, à partager le même bol de toilette et à avoir faim.

Ce fut pénible, mais ce n'est rien. Ce n'est rien, car, malgré le fait qu'on était derrière les barreaux, nous n'étions pas dans le camp des criminels. Non, nous étions dans le camp des justes. Ces maux endurés, ce n'est rien, ils n'ont pas étouffé nos mots.

Leurs matraques, ce n'est rien, elles ne briseront pas nos rêves. Leurs jets de poivre de Cayenne, ce n'est rien, ils n'aveugleront pas notre vision d'un monde meilleur. Leurs menottes, ce n'est rien, elles ne nous rendront jamais immobiles face à l'injustice. Leurs cages d'acier, ce n'est rien, elles ne feront pas disparaître nos esprits libres.

Nous voulons du changement, et ça, ce n'est pas rien.

***

Romain Wilhelmy-Dumont, Étudiant au Collège Jean-de-Brébeuf - Le 23 avril 2012

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

22 commentaires
  • Christian Ouellet - Inscrit 24 avril 2012 03 h 10

    c'est bien

    maintenant vous savez pour qui ne pas votez au prochaine élections

  • André Gagnon - Inscrit 24 avril 2012 07 h 25

    Beau et émouvant!

    Tu exprimes bien la colère des justes. Puisse-t-elle t'habiter toute ta vie!

  • Fabien Nadeau - Abonné 24 avril 2012 07 h 57

    Bravo!

    Merci pour votre témoignage, pour votre acte de foi. J'ai confiance en vous, moi qui ne suis plus d'âge à aller me faire menotter. Quoique... ma femme, des fois, me dit qu'on devrait y être, malgré nos 67 et 70 ans. Vous êtes notre espoir. Continuez le combat.

  • Robert Henri - Inscrit 24 avril 2012 08 h 08

    Je vous lit et...

    ... je suis un peu jaloux des Islandais qui ont flushé leur gouvernement corrompu, nationalisé leurs banques et refusé de se soumnettre à la logique de la prétendue dette nationale qui est en faqit du vol en plein jour. Sans nécessairement faire la même chose de la même manière, nous ferions bien de nous en inspirer. Un gouvernement qui dirige en emprisonnant ses enfants, magouille, négocie nos fressources en catimini n'est pas digne de gouverner.

  • Gilbert Troutet - Abonné 24 avril 2012 08 h 40

    Bravo!

    Bravo, Romain. J'ai plus de soixante ans et je te félicite, pour ton action et pour ton texte. Je suis allé moi aussi à Montréal dimanche et je portais mon carré rouge. Comme on dit parfois : «le crains les forts, mais je respecte les justes.»