Lettres - Monsieur Charest, cessez de faire peur aux enfants!

Lundi matin, retour de la relâche. Les élèves se parlent de leurs vacances. Léa (nom fictif), 8 ans, raconte qu'elle a participé à la manifestation avec ses parents, mais qu'elle n'a pas aimé quand les policiers sont devenus agressifs. «Ils ont même lancé une bombe dans l'œil du musicien!

— Une bombe?»

Les enfants s'agitent. Il faut dédramatiser. Je cabotine:

«Pas une vraie bombe. Une bombe fumigène. C'est comme une bombe puante, mais ça fait de la fumée!» Ouf! Ils se détendent un peu. Deux récits de vacances plus tard, Manuel prend la parole à son tour.

«Moi, je suis allé au travail avec papa et, en revenant, il y avait des voitures de police partout autour de chez moi. J'habite près du pont. Ils croyaient que les étudiants allaient le bloquer, mais ils ne l'ont pas fait. Je n'ai pas aimé voir autant de policiers en noir. Ça faisait un peu peur.»

N'y tenant plus, Gabriel intervient:

«Tout le monde parle de manifestations et de policiers, qu'est-ce qui se passe au juste?»

Il me regarde. Il attend. Je suis en terrain miné. Je suis professionnelle. Je ne vais pas discuter de mes opinions personnelles avec mes élèves de 8 à 10 ans. Je relance Léa: «Toi, tu as participé à la manifestation. Peux-tu expliquer pourquoi elle avait lieu?

— C'est parce que le gouvernement veut augmenter les frais de scolarité à l'université. Si on ne fait rien, ça va nous coûter 3000 $ par année quand on va être grands!

—3000 $! Il faudra être riches pour y aller!»

Les enfants sont vraiment inquiets. À peine au milieu de leur scolarité primaire, ils comprennent que la hausse des droits de scolarité les menace directement. Le climat est soudain morose. Pour calmer le jeu, j'explique:

«Il n'y a pas lieu de paniquer. Le gouvernement n'a pas pris sa décision finale. Monsieur Charest réfléchit.»

N'est-ce pas que vous réfléchissez, Monsieur Charest?

***

Marie-Josée Latour, enseignante - Le 17 mars 2012
 
8 commentaires
  • Pierre Marcotte - Inscrit 20 mars 2012 08 h 56

    Dans combien d'écoles

    Dans combien d'écoles primaires et secondaires eut-on entendre ce discours aujourd'hui ?
    Que l'on soit pour ou contre la hausse, il n'est pas normal que de jeunes enfants aient peur de la police, et associent une manifestation pacifique à une occupation policière.

    Mme la ministre, faites semblant de représenter vos électeurs et assoyez-vous à la table avec les étudiants, ainsi que le reste de la société. À moins que vous n'attendiez un moment plus propice pour faire des concessions ?

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 20 mars 2012 09 h 14

    Si les manifs etudiantes....

    ne servaient qu a ouvrir les yeux,le oreilles et surtout l esprit de la population tres jeune et moins jeune,c est une victoire incroyable sur ce gouvernement minable et ces (ses) medias non moins minables. j-p.grise abonne

  • RobertB - Inscrit 20 mars 2012 09 h 39

    Une farce?

    Moi aussi je suis enseignant. Manipuler les élèves comme ça, c'est plutôt immoral. Au primaire, nous devons donner le fantastique, le rêve et le savoir. Pas notre opinion désabusée! Nous nous devons d'être neutre dans le jeu politique, que l'on soit «pour» ou «contre» de quoi que ce soit!
    Madame, enseigner, ce n'est pas ça.

    • Thibault3 - Inscrit 20 mars 2012 12 h 14




      "Il me regarde. Il attend. Je suis en terrain miné. Je suis professionnelle. Je ne vais pas discuter de mes opinions personnelles avec mes élèves de 8 à 10 ans."

      Vous avez peut-être lu un peu vite monsieur le prof...

    • Luc Fortin - Inscrit 20 mars 2012 12 h 54

      "Les enfants s'agitent. Il faut dédramatiser. Je cabotine:

      «Pas une vraie bombe. Une bombe fumigène. C'est comme une bombe puante, mais ça fait de la fumée!» Ouf! Ils se détendent un peu. "

      "Je suis professionnelle. Je ne vais pas discuter de mes opinions personnelles avec mes élèves de 8 à 10 ans."

      Moi après avoir lu ce que je viens de citer de l'auteure, la dernière chose qui me viendrait à l'esprit serait d'écrire:

      "Manipuler les élèves comme ça, c'est plutôt immoral. Au primaire, nous devons donner le fantastique, le rêve et le savoir. Pas notre opinion désabusée! Nous nous devons d'être neutre dans le jeu politique".

      S’il y a eu manipulation, c'est pour dédramatiser et rassurer les enfants. Les enfants ne sont pas des idiots, lorsqu'ils constatent des choses (que ce soit dans les médias ou dans leur vie privée) il peuvent analyser et éprouver des sentiments comme nous les adultes. Lorsqu'ils reviennent, constamment sur un sujet vaut mieux parfois ne pas se comporter comme l'autruche. Franchement!

    • Francis Boudreau - Inscrit 20 mars 2012 13 h 53

      Vous êtes enseignant? Savez-vous lire? Mme Latour a très habilement évité de conditionner les enfants, selon ce qu'elle publie ici aujourd'hui. Mais vous, vous imaginez que l'éducation n'est pas un vecteur de culture, ni un milieu où foisonnent les opinions sur les choses publiques? Vous devriez lire sur l'épistémologie si vous souhaitez comprendre ce qu'est l'objectivité. Vous pourrez alors lire sur l'éthique pour comprendre en qui il n'est pas immoral de conduire des enfants à la réflexion critique.

  • Solange Bolduc - Inscrite 20 mars 2012 09 h 56

    Discours d'enfants ?

    J'aurais préféré entendre les répliques des enfants dans leur langage à eux, autrement ne mettez pas de guillemets! Cela m'a profondément agacée ! C'est si prenant le langagage enfantin, et votre propos aurait gagné en vérité première au centuple!

  • Geoffroi - Inscrit 20 mars 2012 10 h 19

    Les intimideurs masqués

    M. Charest et Mme Beauchamp, merci de faire quelque chose d'important pour que cesse l'intimidation au primaire et au secondaire, mais votre attitude intimidante actuelle, envers nos ados des cégeps et jeunes adultes des universités,
    ne trompe personne.

    La coupe des insatisfaits déborde depuis fort longtemps. Dernier épisode: le sourire satisfait, malicieux et railleur d'un petit premier ministre chez Google Québec, supposément en contrôle en se butant dans son coin de petit comptable. Ce gouvernement honteux doit dégager dans les plus brefs délais. Merci les jeunes.