Lettres - Lettre à une femme remarquable

Chère Madeleine Parent,

Comme je t'ai aimée et admirée! À plus de 80 ans, lors de la Marche mondiale des femmes en l'an 2000, tu luttais avec nous contre la pauvreté et les violences faites aux femmes. Tu n'avais rien perdu de ta fougue, de ta capacité à t'indigner bien avant que le mot soit à la mode. Ta voix de velours, loin des expressions tonitruantes d'un Michel Chartrand, n'en disait pas moins des mots redoutables: exploitation, aliénation, néolibéralisme. Mais aussi tu nous appelais inlassablement à l'unité des forces progressistes sans laquelle rien n'est possible. Tu fus solidaire de tous ceux et celles que les pouvoirs politiques et économiques négligent. Tu souhaitais l'indépendance du Québec, mais refusais de tomber dans un nationalisme étroit qui exclut.

Madeleine, tu m'as appris la persévérance, car tu avais l'engagement têtu. Tant qu'il y avait une personne à aider, la journée n'était pas terminée. Il y a des jours où ton souvenir m'habite et me fait du bien.

J'espère que tu ne t'ajouteras pas à la longue liste des femmes remarquables et oubliées d'une histoire qui n'a jamais fait la part belle aux femmes. Je souhaite que l'on parle de toi dans les écoles, que des jeunes femmes s'inspirent de ton parcours pour s'engager dans la transformation du monde.

Dimanche prochain, je marcherai aux côtés des étudiantes et étudiants. En pensant à toi, fière combattante! Merci, Madeleine, pour tout.

***

Françoise David, Porte-parole, Québec solidaire - Le 12 mars 2012
3 commentaires
  • Nimporte quoi - Inscrit 13 mars 2012 10 h 30

    Merci Madeleine Parent!

    Bonjour,

    Merci aussi à Françoise David et merci à toutes ces femmes qui portent plus que leur part de société sur les épaules.

    Nous, on a pas de journée, encore moins d'année. Mais qu'elle association d'homme, ou quel conseil d'administration dis-je, descend dans les rues pour appuyer notre jeunesse? Notre descendances justement!

    Merci encore.

  • tipois - Inscrit 13 mars 2012 13 h 18

    Chère Françoise David

    Dommage que tu n'as pas suivi tous les conseils de Madame Parent:

    «Qu'on veuille un meilleur souverainisme ou un moins bon souverainisme, toutes ces discussions nous divisent. Avec deux partis souverainistes, il y a un risque que le Parti libéral puisse se glisser entre les deux et gagner les élections», avait-elle soutenu, invitant à la solidarité pour la cause de l'indépendance du Québec."


    Jean-Jacques Thibault
    Trois-Rivières.

  • Solange Bolduc - Inscrite 13 mars 2012 17 h 29

    Femme admirable, vous aussi, Mme David

    Il n'est pas nécessaire d'être au premier rang de la scène pour faire de bonnes choses pour notre société en général, et pour les femmes en particulier.

    Vous avez eu un modèle qui vous a inspiré, vous a fait grandir (nous en aurons toujours besoin), et vous continuerez de grandir même sans elle, pour le Québec et la justice sociale. Car je sais que vous y travaillez avec M.Kadir, progressiste, et ceux et celles qui vous supportent...

    Bonne continuation dans votre cheminement politique, je vous souhaite de réussir, même si ce doit être à petits pas, mais sûrement.