Lettres - S'ouvrir les yeux sur la situation au Rwanda

Je travaille pour la Défense au TPIR depuis 10 ans. J'étais au Rwanda encore en décembre dernier et j'ai suivi la situation politique dans le pays durant toutes ces années.

Je suis navré de constater l'ignorance des gens relativement aux conditions socio-politiques régnant actuellement dans ce pays. Pourtant, de nombreux spécialistes reconnus du Rwanda ont déjà pris position sur l'opportunité de renvoyer des gens subir des procès dans ce pays. Qu'il s'agisse de Human Rights Watch où travaillait Madame Desforges, de Filip Reyntjens, de Susan Thomson, de hauts gradés du FPR tels que Théogène Rudasingwa et Gérald Gahima, il ne manque pas de gens pour dénoncer la dictature qui règne sur ce pays et le mépris total des autorités actuelles pour les droits fondamentaux de ses citoyens.

Est-ce que les gens ont déjà oublié que ce sont les gens encore au pouvoir aujourd'hui qui ont enlevé Agnès Ntamabyariro de Zambie, et qui ont organisé un nombre incalculable de procès truqués pour faire taire toute forme de dissidence? Le Rwanda est le 169e pire pays sur 178 pour la liberté de la presse selon Reporters sans Frontières! Le Rwanda intimide les ONG des droits de l'homme.

Malgré tout, les pays occidentaux comme le Canada et les États-Unis préfèrent continuer à se fermer les yeux sur les graves abus du régime rwandais. La décision des autorités canadiennes de renvoyer quelqu'un dans ce pays est tout simplement répugnante.

D'autant plus que le Canada pourrait très bien essayer d'offrir un procès juste et équitable à M. Mugesera ici sans compromettre sa vie, sa sécurité, et sa présomption d'innocence.

***

Me Philippe Larochelle, avocat - Le 5 janvier 2012
8 commentaires
  • Gilbert Troutet - Abonné 7 janvier 2012 11 h 21

    La dictature de Kagame

    Je partage le point de vue de Me Larochelle sur le Rwanda de Kagame. Je suis de près la situation dans la région des Grands Lacs où j'ai vécu moi-même pendant deux ans. J'ai aussi été responsable au gouvernement fédéral de l'évaluation des risques de retour. Dans l'état actuel des droits de la personne au Rwanda, je ne renverrais aucun ressortissant rwandais dans son pays. Il y a longtemps que M. Mugasera aurait pu être jugé ici.

  • eric turenne - Inscrit 7 janvier 2012 12 h 11

    Complicité

    Je suis tout à fait d'accord avec vous quand vous affirmez que le Canada est tout à fait répugnant d'agir de la sorte.C'est en quelque sorte reconnaître ce régime barbare.Je crois que Leon Mugesera devrait être juger ici.

  • Nigel G. Spencer - Inscrit 7 janvier 2012 12 h 47

    Culpabilité?

    Sans doute si les pays des 1er et 2e mondes n'avaient pas été complices par leur silence lors de la génocide il y a 23 ans, on serait moins hésitant à intervenir maintenant, ce qui ressemble un peu à leur complexe de culpabilité vis-à-vis l'Israël.

  • Patrick Charrier - Inscrit 7 janvier 2012 13 h 05

    Entièrement d'accord

    Merci à Me Larochelle. La situation au Rwanda est simple : c'est la pire dictature d'Afrique, et cela dure depuis la fin de la guerre de conquête effectuée entre 1990 et 1994 par le FPR de Kagamé, guerre qui a provoqué le génocide. Le problème: Le Royaume-Uni et les Etats-unis ont soutenu cette guerre depuis le début, avec la complicité du Canada (et du général Dallaire). Actuellement, Londres est le principal financier de Kigali et subventionne donc massivement un régime criminel. Il s'agissait incidemment pour les Anglo-Américains de chasser les Français hors du Zaïre (RDC) et du Rwanda. Opération réussie au prix de quatre à cinq millions de morts.

  • Alexis Lamy-Théberge - Inscrit 7 janvier 2012 14 h 03

    Malaise face au complice Kagame

    Il est difficile pour le Canada de critiquer son complice Kagame, après lui avoir offert le Rwanda sur un plateau, par l'entremise de bon Général Pantin-Dallaire. La dictature rwandaise représente en fait la plus grande réussite occidentale en matière de néo-colonialisme : placer un gouvernement au pouvoir tout en insinuant une non-intervention au moment de la guerre civile.

    Ne nous reste qu'une fausse culpabilité, entretenue par les discours critiquant le «laisser-faire» de nos dirigeants envers l'Afrique (un commentaire sur cette page réitère la dénonciation du «silence»), alors qu'il s'agit plutôt d'un plan bien mijoté, jusqu'à l'assassinat du Président rwandais et la conquête du pays par les meurtriers du FPR, responsables de plus de victimes civiles que les Hutus. On s'empêche maintenant (heureusement, de moins en moins, quoique le Canada soit en retard) de condamner le Sauveur Kagame, puisqu'alors ce dernier brandit cette même «non-ingérence» occidentale qui l'a installé au pouvoir!

    Ce n'est qu'une guerre néo-coloniale entre la France et les États-Unis, remportée par les derniers.